/news/law

Accusations disciplinaires

Un commandant des Forces armées canadiennes accusé de mauvais traitement et d’ivresse

Agence QMI

Armée canadienne

archives, Agence QMI

Un commandant des Forces armées canadiennes déployées en Irak fait face à des accusations disciplinaires concernant un événement survenu en octobre, alors qu’il était encore au Canada.

Le lieutenant-colonel James Jonasson, commandant de l’installation de traitement médical de rôle 2 en Irak, fait face à des chefs d’accusation de mauvais traitement d’un subalterne et d’ivresse, en vertu de la Loi sur la défense nationale.

«Les accusations font référence à un incident présumé qui se serait produit en octobre 2017, pendant l’instruction préalable au déploiement donnée au Canada. Cet incident présumé a été signalé en janvier 2018, après le déploiement en Irak», ont fait savoir les Forces armées canadiennes dans un communiqué publié mardi.

L’affaire suit maintenant son cours au sein du système de justice militaire.

«Les membres des Forces armées canadiennes doivent respecter des normes élevées en matière de conduite lorsqu’ils représentent notre pays au Canada et à l’étranger. Le respect en tout temps de ces normes est essentiel pour assurer notre efficacité opérationnelle», a pour sa part indiqué le lieutenant-général Stephen Bowes, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada.

Dès les accusations reçues, le brigadier-général Andrew Jayne, commandant de la Force opérationnelle interarmées en Irak, a séparé le plaignant et le lieutenant-colonel Jonasson.

L’accusé, qui se trouvait à Erbil, en Irak, a été muté au Koweït en attendant les résultats de l’enquête.