/finance/homepage

Conflit de travail

Le syndicat et la direction d'ABI vont se rencontrer

Louis Cloutier

 - Agence QMI

Le syndicat représentant les quelque 1000 employés de l'Aluminerie de Bécancour (ABI) en lock-out depuis janvier et la direction de l'entreprise se rencontreront le 8 mars prochain, une première depuis le 22 décembre dernier.

La rencontre a été convoquée par le médiateur qui a été affecté au dossier. Elle permettra à la direction de faire une «mise au point sur le conflit après huit semaines» avec le syndicat, a expliqué le président de la section 9700 du syndicat des Métallos, Clément Masse, à TVA Nouvelles.

Toutefois, impossible de savoir si les parties aborderont des points de litiges sur lesquels les négociations achoppent depuis le début du conflit de travail.

La présidente-directrice générale de l'usine, Nicole Coutu, et son directeur des ressources humaines représenteront l'entreprise lors de cette rencontre. De son côté, le syndicat enverra deux représentants, dont son président.

En attendant la reprise du dialogue, les travailleurs en lock-out continuent de tenir le fort sur la ligne de piquetage. Ils ont reçu la visite de retraités de Rio Tinto Alcan venus les appuyer mercredi.

«On n'est pas chanceux! On se tient debout parce que l'employeur est insatiable. Il en veut toujours plus!», a lancé le président de l'Association des retraités syndiqués de Rio Tinto Alcan, Alain Proulx, lors de cette visite.

Le syndicat, qui s'est montré ouvert depuis le déclenchement du lock-out à une reprise des négociations, a fait valoir que des progrès avaient été réalisés sur des questions critiques comme le régime de retraite et le respect de l'ancienneté avec que les parties ne cessent de se parler.

La ministre du Travail, Dominique Vien, avait convaincu le syndicat et la direction de reprendre le dialogue lors de rencontres organisées le 9 février.

- Avec la collaboration d'Amélie Marcoux

Dans la même catégorie