/regional/sherbrooke/estrie

En Estrie

Maison infestée de champignons: de longs démêlés avec la Régie du logement

Shanny Hallé | TVA Nouvelles

La famille de Jean-François Fortin-Gadoury, en Estrie, croyait avoir trouvé la maison de ses rêves pour élever ses quatre enfants.

Elle signe un bail de location, mais quelques mois plus tard, elle découvre des champignons, de la moisissure et un taux d'humidité extrêmement plus élevé que la normale.

«Depuis 2 ans et demi, on vit un enfer si on peut dire. Un enfer familial, personnel, l'enfer du couple, juste parce que la Régie du logement bloque sur des petits détails», a expliqué Jean-François Fortin-Gadoury, en entrevue à TVA Nouvelles.

La résidence a été inondée en 2013. Malgré les travaux de rénovation, les champignons et la moisissure sont apparus dans le sous-sol de la maison en 2015.

Leurs vêtements, leurs meubles ont tous été contaminés et jetés. La famille a quitté la maison de Saint-Denis-de-Brompton et a signé un avis d'abandon pour insalubrité.

Deux ans et demi se sont écoulés depuis le début des procédures avec la Régie du logement.

Le dossier traîne en longueur. La prochaine audience doit avoir lieu en 2020 ou en 2021.

«Comme depuis le jour un, on souhaite être entendu par la Régie du logement. Là, on se retrouve en 2018, et on se fait dire vous avez un autre deux à trois ans à attendre avant d'être entendus pour votre cause, donc en 2020, 2021. C'est aberrant. Quand notre cause sera entendue en 2021, est-ce qu'elle va être rejetée? Est-ce que la propriétaire sera disparue?», déplore M. Fortin-Gadoury.

La Régie du logement soutient que chaque dossier est unique et parfois complexe. Le délai de traitement peut varier.

Près de 500 demandes sont en attente depuis plus de 2 ans.

Le père de famille réclame 60 000$ en dommages et intérêts.

La propriétaire n'a pas répondu à nos appels.

Dans la même catégorie