/news/currentevents

Perte de contrôle mortelle

Blessé dans un accident d’auto, il n’en veut pas à son ami

Claudia Berthiaume | Agence QMI

 - Agence QMI

Même s’il a failli mourir lorsque son crâne a été fracassé en morceaux dans un accident de la route ayant coûté la vie à deux de ses amis, un ado de 16 ans n’en veut pas au jeune de 15 ans qui conduisait sans permis.

«On est tous coupables [d’avoir été] dans l’auto», soutient Tommy Lanctôt.

Revoyez ci-desus notre reportage réalisé le jour de l'accident

L’adolescent de 16 ans n’a pas une once de rancune envers le conducteur de 15 ans, qui a pris le volant sans permis, le 9 octobre dernier, dans Lanaudière.

«J’ai juste hâte que ça soit fini [l’enquête policière] pour que ça revienne comme avant», souligne-t-il.

Cinq mois après le drame ayant coûté la vie à deux jeunes de 14 et 17 ans, Éric Lanctôt et son fils Tommy ont accepté de se confier au «Journal de Montréal.»

Ce dernier a des souvenirs très flous de l’accident, survenu la veille de l’Action de grâce, à Lavaltrie.

Il jouait à des jeux vidéo avec son meilleur ami lorsqu’un ado de 14 ans leur aurait proposé d’aller faire une balade avec la voiture de sa mère.

«J’ai dit que je n’irais pas, mais il m’a réécrit [un texto] après : “On est devant chez vous, viens-tu ou non?”» relate Tommy Lanctôt.

Il dit avoir fini par accepter, en croyant que son meilleur ami de 17 ans — le seul qui avait un permis régulier — allait conduire. Dans les faits, plusieurs des cinq jeunes présents dans la voiture auraient pris le volant cette soirée-là, d’après lui.

Neuf jours dans le coma

Tommy Lanctôt se souvient ensuite que la voiture Volkswagen roulait sur le boulevard Base-de-Roc, et puis c’est le noir total. «Je me suis réveillé à l’hôpital du Sacré-Cœur neuf jours plus tard», relate-t-il.

«Les neuf pires jours de ma vie», ajoute son père Éric, qui a craint de perdre son fils unique.

 

Tommy Lanctôt n’a aucun souvenir que son ami de 15 ans ait perdu la maîtrise de la voiture dans une courbe pour ensuite percuter un arbre.

L’ado de 16 ans a eu un traumatisme crânien très sévère, de multiples fractures, dont plusieurs au visage, une contusion à un poumon et une lacération du foie. Deux de ses vertèbres cervicales ont été écrasées, et le côté gauche de son corps a été paralysé durant trois semaines.

Tommy Lanctôt a pu rentrer chez lui le 18 janvier dernier, mais il doit encore se rendre régulièrement à un centre de réadaptation de Joliette pour y faire de nombreux exercices. Il n’a pas pu retourner à l’école.

Pas un exemple

«Ce qu’il faut dire aux jeunes, c’est de ne pas prendre exemple sur cette situation-là pour s’amuser. On pense toujours que ça arrive aux autres, mais quand ça nous arrive, il est trop tard pour revenir en arrière», mentionne Éric Lanctôt.

S’il pouvait revenir en arrière, Tommy n’aurait pas accepté l’invitation de son ami. «Je m’imagine toujours en train de dire [à mon meilleur ami] : “Laisse faire, on continue à [jouer à des jeux vidéo].” Si j’avais fait ça, rien ne serait arrivé», raconte-t-il, les larmes aux yeux.

Aucune accusation n’a été déposée contre le conducteur pour le moment. «Un complément d’enquête a été demandé à la Sûreté du Québec», a précisé Me Jean-Pascal Boucher, porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Dans la même catégorie