/news/law

Publicité et marketing

Boisson FCKDUP: des possibilités de poursuite

TVA Nouvelles

Alors que les boissons à très haute teneur d’alcool sont montrées du doigt à la suite de la mort de la jeune Athena Gervais, à Laval, il semble que le fabricant du FCKDUP, le groupe Geloso, ne soit pas à l’abri de poursuites.

Selon le chroniqueur judiciaire Me François-David Bernier, la compagnie pourrait être attaquée en justice en lien non pas avec le produit comme tel, mais plutôt avec le marketing entourant sa mise en marché.

À lire également:

- Un type de boisson à l'origine de plusieurs visites à l'urgence

- Le père d'Athena Gervais «très content» du retrait des FCKDUP

«S’il y avait une possibilité de poursuite contre l’entreprise, ça serait sur la publicité qui a été faite, sur le marketing entourant cette boisson. Parce qu’on sait qu’il y a la Loi sur la Régie des alcools et il y a un règlement qui dit qu’on ne doit pas inciter une consommation exagérée, abusive, non responsable. Le règlement est clair et peut-être qu’il y a une problématique là-dessus parce qu’il y a eu une publicité de l’entreprise qui disait: FCKDUP, on peut en prendre tant qu’on veut et ça nous tient réveillé», explique Me Bernier en entrevue à l’émission Le 9 heures.

«Petites bombes»

«Ces boissons-là, ce sont de petites bombes, c’est traître. Les jeunes consomment ça, sont incités, ça semble être très cool prendre ça et l’effet est drastique. [...] Regardez l’emballage, c’est quelque chose de très attrayant. Il y a réellement un problème avec ces boissons», ajoute l’avocat, faisant un parallèle avec la vente de cigarette aujourd’hui très règlementée, mais dont des publicités faisaient l’apologie il y a plusieurs années.

Bien qu’Athena Gervais ait consommé du FCKDUP en toute connaissance de cause, Me François-David Bernier est d’avis que la faute ne repose pas sur elle.

«C’est sûr qu’on va dire : ah, elle en a pris, c’est de sa faute. Non. Il y a un problème, il faut vraiment le cibler et, moi, de voir une boisson qu’un jeune peut consommer rapidement, qui est sucrée, avec de la caféine, qui masque les effets de l’alcool... C’est à retardement et quand l’effet embarque, ce n’est pas comme avoir pris de la bière. Ça embarque d’un coup et, là, il a perte de contrôle, un drame arrive et il y a beaucoup de questions qui se posent.»

L’avocat se demande entre autres pourquoi le guarana, un des ingrédients de ce type de boisson, n’est pas interdit au Canada alors qu’il a été banni aux États-Unis.

Dans la même catégorie