/news/politics

Martine Ouellet refuse de quitter

La situation au Bloc québécois est «très déplorable», selon Sylvain Gaudreault

Agence QMI

Simon Clark/Agence QMI

Simon Clark/Agence QMI

La situation dans laquelle se trouve le Bloc québécois, depuis que sept des dix députés du caucus ont décidé de claquer la porte du parti, est «déplorable» et «dommageable», croit le député péquiste Sylvain Gaudreault.

À LIRE ÉGALEMENT

«Je n’abandonne pas», clame Martine Ouellet

Le bureau national du Bloc québécois réitère son appui à Martine Ouellet

«C'est fini le Bloc québécois» - Caroline St-Hilaire

«Ce que je constate, c’est que le groupe des sept députés qui a démissionné a posé un geste important», a dit M. Gaudreault, sans préciser si la chef Martine Ouellet doit démissionner.

M. Gaudreault a toutefois tenu à garder ses distances avec le parti fédéral, qui vit une crise sans précédent.

«Ce que je tiens à vous dire là-dessus, c'est que ce sont deux partis différents, le Bloc québécois et le Parti québécois», a-t-il indiqué, deux fois plutôt qu’une.

«Nous [au Parti québécois], on fait notre travail, et la seule chose que je peux vous dire là-dessus, c'est que je salue le fait que tous les députés du Bloc québécois, incluant les sept qui ont annoncé leur démission, sont des souverainistes», a-t-il ajouté, lors du même point de presse.

Sept des dix députés du Bloc québécois ont annoncé la semaine dernière leur démission de la formation politique dirigée par Martine Ouellet, dont ils contestent le leadership. Mme Ouellet n’est pas députée à Ottawa, mais plutôt à Québec, où elle représente le comté de Vachon comme indépendant. Elle avait été élue sous la bannière du PQ.

Dans la même catégorie