/regional/estduquebec/basstlaurent

Maladie auto-immune

L'Est-du-Québec particulièrement touché par la polyarthrite rhumatoïde

Gilles Turmel

 - Agence QMI

La polyarthrite rhumatoïde, la forme la plus courante d'arthrite, touche tout particulièrement les Québécois habitant dans l'est de la province.

Au Québec, quelque 59 000 personnes sont atteintes de polyarthrite rhumatoïde, selon l'Institut national de santé publique du Québec. Toute proportion gardée, la maladie touche plus de personnes au Bas-Saint-Laurent (1,02% de la population) et en Gaspésie (1,1% de la population) que dans la majorité des autres régions de la province, exception faite de l'Estrie (1,06 % de la population).

En comparaison, dans l'ensemble du Québec, 0,79% des citoyens sont touchés par la maladie.

Contrairement à l'arthrose qui affecte surtout les personnes âgées, la polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune qui frappe de plus en plus les jeunes adultes, avec une plus grande prévalence chez les femmes. C'est le cas d'Audrey Ann Couture, qui a dû apprendre à vivre avec cette maladie qui peut être très douloureuse et qui limite la mobilité.

«Moi, je me déplace avec une canne. C'est sûr que ça parait pour mon entourage. On sait que j'ai quelque chose, sans nécessairement savoir ce que c'est», a expliqué la jeune femme de 29 ans, qui demeure à Saint-Joseph-de-Lepage, près de Mont-Joli.

«Il y a des moments où on a des crises. J'ai eu une année entière où j'ai dû prendre à peu près cinq médications différentes avant de trouver celle qui faisait vraiment de l'effet», a ajouté Mme Couture.

La polyarthrite rhumatoïde rend carrément invalide jusqu'à 40 % des personnes qui en sont atteintes. «On sait que le fait de traiter la maladie plus tôt rend le traitement plus efficace. Si on traite les gens trop tard, la chance d'avoir une rémission est quasiment nulle», a expliqué la docteure Isabelle Fortin, une rhumatologue basée à Rimouski.

Le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie sont les seules régions de la province où la polyarthrite rhumatoïde fait partie des maladies chroniques et plus de ressources y sont consacrées pour la combattre. «C'est vraiment une maladie systémique qui a de gros impacts et c'est à prendre au sérieux. C'est une maladie qui dure longtemps et qui, malheureusement, ne se guérit pas», a précisé Dre Fortin.

La polyarthrite rhumatoïde pourrait notamment être provoquée par la génétique et même le tabagisme.