/regional/troisrivieres/mauricie

Fleuve Saint-Laurent

Trois pêcheurs à la dérive s'en sortent de justesse

Patricia Hélie | TVA Nouvelles et Agence QMI

Trois pêcheurs s'en sont sortis de justesse, samedi, lorsque la banquise sur laquelle ils pêchaient s'est détachée pour partie à la dérive sur le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Sainte-Anne-de-la-Pérade, samedi.

Gérald Daigle, qui pêchait sur la glace en compagnie de son fils et de son petit-fils de six ans, a remarqué juste à temps que la glace s'était détachée. Il a immédiatement alerté son fils.

«Mon fils Gilles a dit "je vais sauver mon petit gars". Il est parti avec son "skidoo" et a traversé dans l'eau. Après ça, j'ai fait la même chose avec le mien», a raconté M. Daigle à TVA Nouvelles, lundi.

Une fois en sécurité sur la rive, la famille a tenté d'alerter trois autres pêcheurs qui se trouvaient sur la glace, en vain. «On a crié, crié, crié, mais il était trop tard. Ils étaient trop loin et on ne pouvait plus rien faire», a mentionné M. Daigle.

Emporté par le fleuve, le trio s'est retrouvé en très mauvaise posture lors la glace s'est fendue en deux, séparant les trois pêcheurs. Deux d'entre eux se sont retrouvés à l'eau, tandis que le troisième, Sylvain Maillot, s'est couché sur la glace pour les retenir.

«Sylvain Maillot mériterait une médaille! Couché sur la glace durant 2 heures à tenir son chum par la main, c'est du jamais vu», a confié Mario Leduc, un pêcheur expérimenté qui connaît bien le fleuve.

Un hélicoptère envoyé pour secourir les pêcheurs n'a pu leur venir en aide, étant donné que la glace était trop fragile pour qu'il puisse se poser. C'est finalement un zodiac qui est parvenu à atteindre et secourir les pêcheurs, quelques kilomètres avant que la banquise n'atteigne une zone de rapides qui auraient fragmenté la glace.

Selon Mario Leduc, qui est aussi pourvoyeur de pêche aux petits poissons des chenaux, les pêcheurs ont été victimes d'un concours de circonstances qui n'a rien à voir avec la témérité. La glace se serait brisée en raison des marées, qui seraient anormalement hautes cette année.

Deux des trois pêcheurs ont dû être hospitalisés. Ils sont maintenant hors de danger.

- D'après un reportage de Patricia Hélie