/news/society

Entrevue à Dumont

«Les grillons partent comme des petits pains chauds»

TVA Nouvelles

Les insectes font désormais partie du paysage agroalimentaire québécois.

À LIRE ÉGALEMENT

Des grillons dans les rayons d'épicerie

De la poudre 100% grillons a fait son apparition sur les tablettes des magasins Provigo partout au Québec. Loblaw devient ainsi la première chaîne à se lancer dans cette distribution à grande échelle dans la province.

Si certaines personnes sont réticentes à adopter un tel aliment, la demande est pourtant grande, assure Isabelle Huot, nutritionniste, en entrevue avec Mario Dumont

«Quand je suis allée chez Provigo pour acheter de la poudre de grillons, on m’a dit qu’il n’en restait qu’un sac, tout était vendu! Ça part comme des petits pains chauds», a expliqué la nutritionniste.

Le produit n’est pourtant pas donné. Il coûte 13,99$ pour 114 grammes, soit environ 1$ la cuillère à soupe.

«Plus la demande sera en croissance, et c’est le cas, évidemment le prix va baisser», croit Mme Huot.

Cette poudre hyper protéinée est utilisée pour mettre dans les préparations comme les muffins, sauce à spaghetti, et smoothies, notamment.

Délaisser la viande

L’engouement pour cette nouvelle protéine s’explique en partie parce que de nombreuses personnes veulent délaisser les protéines animales.

«Quand on regarde les statistiques, et qu’on interroge les Canadiens, plusieurs affirment vouloir réduire leur consommation de viande, au profit de quoi? Des protéines végétales, légumineuses, tofu, c’est en forte croissance», assure Isabelle Huot.

Elle précise par ailleurs que la protéine d’insecte est meilleure pour l’environnement que la production de bœuf.

«Ça ne prend pas beaucoup d’eau, ça produit moins de gaz à effet de serre, la croissance est rapide par rapport au bœuf. Ce n’est pas seulement bon pour l’environnement, c’est bon pour la santé. C’est une protéine complète, elle contient tous les acides aminés, elle contient beaucoup de vitamines du complexe B, de la vitamine B12, du calcium, du fer, finalement c’est nutritif.»

Selon la spécialiste, il existe déjà 2 milliards de consommateurs qui consomment régulièrement des insectes.

Dans la même catégorie