/regional/estduquebec/basstlaurent

Fermeture de 6 centres de services Desjardins

Les maires se sont battus, mais en vain

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

Six comptoirs de services Desjardins au Kamouraska et dans le secteur de L’Islet n’ont pas rouvert leurs portes cette semaine. Leurs guichets ont aussi été débranchés dimanche soir. Les municipalités qui les abritent se sont battues jusqu’à la fin pour maintenir ces services, mais en vain.

Malgré le moratoire demandé par la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Desjardins a procédé à leur fermeture définitive.

«Je ne comprends pas qu’on se bute à dire que c’est une date, c’est comme ça et on passe à autre chose. Je trouve ça regrettable. Il n’y a pas péril en la demeure. Ces machines-là peuvent fonctionner encore», déplore le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, André Simard

Les maires de Saint-Roch-des-Aulnaies, Rivière-Ouelle et Sainte-Louise ont tenté cette semaine de faire repousser ces fermetures. Autant le conseil d’administration local que la présidence du Mouvement Desjardins ont refusé de leur allouer un délai supplémentaire. «C’est une réflexion qui a été pleinement mûrie, réfléchie. Ça fait longtemps qu’on lance des messages», explique le directeur général de la Caisse de l’Anse de La Pocatière, Gérald Bourgault.

Desjardins assure que ceux qui en ont besoin recevront l’accompagnement nécessaire. «Chaque membre qui avait un besoin qu’on avait identifié, qu’on appelle des membres exclusifs, a été appelé pour lui offrir d’autres moyens de transiger avec Desjardins.»

«On travaille fort pour essayer de revitaliser nos petits milieux. Une fermeture c’est toujours une de trop.» -Louis-Georges Simard, maire de Rivière-Ouelle

Loin d’être rassurés, les maires espèrent encore que le Mouvement Desjardins revienne sur sa décision. «Ce serait aussi à l’avantage de Desjardins. Desjardins a une marque de commerce extrêmement forte en région et ils sont en train de la maganer», soutient Louis-Georges Simard, maire de Rivière-Ouelle.

«Il faut garder espoir, reste que ça diminue de plus en plus, admet de son côté le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, André Simard. Mais tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Alors on va aller jusqu’au bout.»

La rencontre prévue prochainement entre Desjardins et la FQM, risque de survenir trop tard pour les villages de la Côte-du-Sud.

Dans la même catégorie