/regional/centreduquebec

Drummondville

L’humour lui permet d’éviter d’aller au CHSLD

Caroline Lepage | Agence QMI

Un homme atteint de paralysie cérébrale qui devrait vivre en CHSLD fait épargner des milliers de dollars au gouvernement grâce à un spectacle d’humour qui lui permet de rester chez lui et de travailler.

Sébastien Lepage est fier de payer des taxes et des impôts. Pour lui, ça signifie qu’il travaille et contribue à la société plutôt qu’être un poids.

Atteint de paralysie cérébrale, il ne peut pas bouger les bras ni les jambes, et a des difficultés d’élocution.

Du pif !

Après ses études collégiales, il a gagné sa vie durant 13 ans comme programmeur-analyste en pesant sur les touches du clavier d’ordinateur avec son nez.

«Il y en a qui disent que j’ai du “pif”», blague-t-il.

À 40 ans, il demeure toujours seul dans sa maison de Drummondville, avec son chien Tom.

Doté d’excellentes capacités intellectuelles, Sébastien Lepage a besoin d’aide pour se laver. Il reçoit des services publics, mais le nombre d’heures allouées a été coupé de moitié en 2014.

Pour éviter de vivre en CHSLD, il a engagé des préposés au privé pour compenser la perte de services.

L’humour comme remède

Le 11 mars, il montera sur scène avec Réal Béland, Jean-Thomas Jobin, Marko Métivier et d’autres artistes qui participent bénévolement au spectacle à la Maison des arts de Drummondville.

Chaque année, il amasse près de 18 000 $ pour éviter d’aller en CHSLD.

Grand amateur d’humour, il mobilise depuis quatre ans des humoristes pour créer un spectacle-bénéfice.

Les blagues ont un effet thérapeutique et lui permettent d’accepter son quotidien.

«Je dédramatise ma condition avec l’humour. Je fais souvent de l’autodérision», dit-il.

Comme les autres

En plus d’amasser des sous, ce spectacle est une occasion de transmettre son message d’autonomie.

«Malgré ma condition différente, ça ne m’empêche pas de vivre comme les autres», dit-il.

La soirée débute avec une vidéo sur le cheminement du Drummondvillois, fier de payer ses taxes et ses impôts comme travailleur, ce qui lui démontre qu’il ne dépend pas des autres.

M. Lepage est représentant pour Kinova Robotics, une entreprise qui fabrique un bras robotisé qui aide les handicapés à être autonomes. Il est constamment sur la route à rencontrer des parents d’enfants handicapés et son histoire leur donne espoir.

Son parcours surprend les parents qui se permettent de rêver à un avenir pour leur enfant.

«Je vois une petite étincelle s’allumer dans leurs yeux», exprime-t-il.

Dans la même catégorie