/regional/troisrivieres/mauricie

Peine dans la communauté

Tom Harding décline l'offre du maire de Louiseville

Agence QMI et TVA Nouvelles

TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Le conducteur du train de pétrole qui a explosé à Lac-Mégantic en juillet 2013, Thomas Harding, a poliment refusé l'invitation du maire de Louiseville en Mauricie qui l’invitait à purger sa peine dans la collectivité dans sa municipalité.

«Il m’est difficile de trouver les mots justes pour vous dire combien votre généreuse invitation à nous accueillir, ma mère et moi, dans votre communauté de Louiseville, m’a touché. Vous m’avez rappelé que le sens communautaire, l’entraide, la bonté et l’amour de son prochain sont toujours présents chez vos bienveillants citoyens», peut-on lire dans la lettre écrite par l’ancien employé de la Montreal, Maine and Atlantic (MMA).

Lettre de Harding

Il y a un mois, Yvon Deshaies, avait invité M. Harding à purger sa peine, pour une faute pénale et non criminelle, dans sa municipalité de Louiseville.

Au début février, Thomas Harding a écopé de six mois d’emprisonnement avec sursis en plus de devoir effectuer 240 heures de travaux communautaires. Les dirigeants américains de la MMA, Robert Grindrod, Lynne Labonté et Kenneth Strout, ainsi que des employés canadiens  l’ex-directeur de transport Jean Demaître et Michael Horan, avaient plaidé coupable à une infraction en lien avec la sécurité ferroviaire, soit l'accusation de ne pas avoir serré un nombre suffisant de freins à main et de ne pas avoir vérifié leur résistance au mouvement dans le cadre de l'immobilisation de matériel roulant.

Tous ont écopé de l'amende maximale de 50 000$, sauf M. Harding qui, sans le sou, a préféré purger cette peine de six mois de prison à domicile. Le contrôleur ferroviaire Richard Labrie avait été acquitté pour cette accusation.

Par ailleurs, l’ex-conducteur de train, Tom Harding, l’ex-contrôleur ferroviaire Richard Labrie et l’ex-directeur de transport Jean Demaitre avaient été acquittés le 19 janvier des 47 accusations de négligence criminelle causant la mort qui pesait sur eux après l’explosion d’un train dont ils avaient la responsabilité le 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic.

- Avec la collaboration de Catherine Marcil

Lisez la lettre complète.

Dans la même catégorie