/regional/troisrivieres/mauricie

Huit ans plus tard

Kruger-Trois-Rivières: les primes de préavis de licenciement se font toujours attendre

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

Près de 200 ex-travailleurs de l'usine Kruger-Trois-Rivières qui ont été victimes d'une vague de mises à pied en 2010 attendent toujours qu'on leur verse leurs primes de préavis de  licenciement, huit ans plus tard.

La multiplication des contestations juridiques a eu pour effet d'étirer les délais. Le syndicat Unifor estime qu'aucun préavis de licenciement n'avait été formellement transmis en 2010 et réclame le paiement des 12 semaines de salaire prévu en pareil cas, soit près de 14 000 $ pour chaque travailleur touché.

Le syndicat a remporté les quatre premières manches juridiques contre Kruger. La Cour d'appel, qui avait ultimement été saisie de l'affaire, avait donné raison aux ex-travailleurs, mais ordonné un renvoi de la cause devant – à nouveau – un arbitre de grief. C'est à cette étape qu'on en est toujours. Les plaidoiries finales auront lieu à la fin du mois de mai.

D'ex-travailleurs commencent à perdre patience devant la lenteur du processus. «Il y a du monde là-dedans qui sont encore sur la dépression», a dit Yves Forest, l’un des travailleurs qui a été mis à pied à l’époque.

«Ce n'est pas évident, tout le temps demander ce qui nous est dû. C'est à nous autres ces montants-là. Ils ont fait une erreur. Ils nous ont mis à pied illégalement. Ils nous doivent 12 semaines. Qu'ils paient et c'est tout», a-t-il dit.

Le syndicat Unifor est du même avis, mais il doit s'en tenir aux délais des audiences. «De notre côté, on a toujours défendu les travailleurs et on va continuer à les défendre. On est devant les tribunaux. Ce n'est pas nous qui contestons les décisions. C'est l'employeur qui conteste», a plaidé Steve St-Pierre, conseiller syndical au dossier.

Si le tribunal d'arbitrage devait valider la réclamation, le syndicat et les ex-travailleurs n'excluent pas de demander le paiement d'intérêts sur les sommes dues depuis huit ans.