/news/politics

«Croisière à 1 million $»

Le mari de Michaëlle Jean se porte à sa défense

Alexandre Robillard | Agence QMI

Archives/Agence QMI

Le mari de Michaëlle Jean s’est porté à la défense d’une croisière estimée à 1 million $ organisée par l’Organisation internationale de la francophonie sans toutefois présenter l’ensemble des chiffres du projet.

Sur sa page Facebook, le cinéaste Jean-Daniel Lafond a publié vendredi un billet intitulé Mensonge?. M. Lafond accuse un reportage du Bureau d’enquête de faire de la désinformation et de la manipulation dans un dessein partisan.

« Il se pourrait alors que la vérité soit tout autre et qu’il vaille la peine d’écouter l’autre partie avant de juger », écrit le mari de Mme Jean, secrétaire générale de l’OIF.

Il reprend également à son compte des chiffres de l’OIF, qui assure n’avoir engagé que 400 000 $ de fonds publics dans le projet Hermione.

Dans son texte, M. Lafond ne fait cependant aucune mention d’estimations de l’OIF qui prévoient des dépenses de 1 million $ pour la croisière du navire L’Hermione, actuellement en Méditerranée.

Ces fonds doivent couvrir le coût de participation de 100 jeunes ressortissants des pays et gouvernements membres de la francophonie, dont le Québec.

L’estimation totale de 1 million $ a été établie par Audrey Delacroix, une conseillère de Michaëlle Jean, et Ma-Umba Mabiala, directeur de l’Éducation et de la Jeunesse (DEJ), responsable du projet Hermione, dans des documents consultés par le Bureau d’enquête.

Depuis des semaines, l’OIF refuse de communiquer ces chiffres. M. Lafond n’a pas donné suite à une demande d’entrevue.

Partenaires privés

La semaine dernière, le Bureau d’enquête a publié un reportage exposant que l’OIF n’avait obtenu qu’un engagement de 40 000 $ de partenaires privés l’automne dernier.

En juillet, l’OIF avait été empêchée, notamment par le Québec et le Canada, de puiser 400 000 $ dans son fonds de réserve pour financer une partie du projet. Le gouvernement fédéral avait exigé que l’OIF trouve la majeure partie de son financement auprès de partenaires externes.

De passage à Paris cette semaine, le premier ministre Philippe Couillard a exigé plus de transparence de la part de Mme Jean, qui sollicite un nouveau mandat de quatre ans. Lors de cette visite, Michaëlle Jean a refusé de rencontrer les médias québécois avec M. Couillard.

Dans la même catégorie