/news/law

Diffamation sur les réseaux sociaux

Un commentaire lui vaut une poursuite de 75 000$

Kathleen Frenette | Agence QMI

Un «mauvais commentaire» émis sur un site de discussion sur les réseaux sociaux s’adressant aux camionneurs pourrait coûter cher à son auteur qui se fait poursuivre en diffamation pour la somme de 75 000 $.

En octobre 2017, un homme de Lévis s’est rendu sur le forum de discussion «Camionneurs\camionneuses du Québec 2.1» qui regroupe près de 25 000 membres pour y passer un commentaire sur une compagnie de camionnage.

L’homme mentionnait entre autres que la compagnie au cœur des discussions avait «fait faillite» sous un certain nom et qu’elle avait rouvert sous un autre. Par la suite, il invitait les gens à bien prendre leurs «références avant de faire quoi que ce soit» et souhaitait «bonne chance» pour les conditions de travail des gens impliqués.

Une utilisatrice visiblement à l’emploi de la compagnie visée lui a alors répondu que leurs «conditions étaient très bonnes».

«Vous direz ça à vos anciens conducteurs qui se sont fait couper de l’argent sur leur paye et ont perdu cet argent après avoir pris des recours contre vous à cause que vous avez fait faillite et repartit sur un autre nom», a alors rétorqué l’homme aujourd’hui poursuivi.

Il en a par la suite ajouté en disant que la compagnie «paraissait bien de l’extérieur», mais qu’elle était «pourrie de l’intérieur» ce qui faisait mal paraître l’industrie du camionnage.

Près de deux semaines après avoir tenu ses propos publiquement, l’homme a été mis en demeure par la compagnie ciblée, et il a retiré son commentaire reconnaissant par le fait même, selon la demanderesse, «le caractère grossièrement diffamatoire de ceux-ci».

Malgré le retrait de la discussion, la compagnie estime que les propos du défendeur «visaient manifestement à détruire la réputation des demandeurs dans l’industrie du camionnage». Pour cette raison, elle réclame la somme de 50 000 $ en dommages compensatoires et 25 000 $ supplémentaire pour atteinte à la réputation.