/finance/homepage

Entrevue

Chute du huard en 2019: «à prendre avec des pincettes»

TVA Nouvelles

Le huard pourrait glisser considérablement d’ici la fin de 2019 et atteindre 0,60$ par rapport au dollar américain, selon un éminent spécialiste américain des devises. Le huard pourrait ainsi toucher un creux jamais atteint depuis 2002.

À LIRE ÉGALEMENT

Le huard à 60 cents US d’ici la fin de 2019?

Pourtant, le selon le chroniqueur financier et actionnaire principal chez Major gestion privée, Fabien Major, de telles prévisions sont très difficiles à faire aussi longtemps d’avance.

«Dans l’économie, faire des prévisions surtout sur la valeur d’une devise, c’est très difficile. On a des jumelles qui nous permettent de voir peut-être de trois mois en trois mois et de se risquer pour une année, mais c’est très difficile», a-t-il expliqué en entrevue au Québec Matin.  

Par ailleurs, les grandes banques américaines et canadiennes ne vont aussi loin que les prévisions de John R. Taylor.

«Les banques américaines prévoient que ça va atteindre peut-être les 0,72 $, et même certaines prévoient une hausse du dollar qui pourrait aller dans les 0,78$, 0,79$ ou même 0,80$», assure Fabien Major.

En ce moment le dollar canadien se négocie à environ 0,77$.

«Pour se rendre à 0,62$, comme le prévoit John R. Taylor, ça prendrait une diminution de sa valeur de 20%. Faut comprendre, et il a raison, le pouvoir de la devise américaine a beaucoup plus de poids que  toutes les politiques canadiennes pour  tenter de réguler nos systèmes économiques», explique l’expert.

Ce qui risque de peser lourd dans la balance, notamment, ce sont les droits compensatoires sur l’aluminium et l’acier que pourraient exiger les États-Unis envers plusieurs pays, et peut-être le Canada.

La Maison-Blanche a toutefois indiqué mercredi que le Canada serait épargné par cette nouvelle mesure «pour le moment».

«M. Taylor avait cela en tête, il se disait que si jamais le Canada faisait partie des pays dont il y aurait des tarifs importants pour les métaux, il y aurait des conséquences importantes pour notre devise.»

Somme toute, Fabien Major croit qu’il faut prendre ces prévisions à très long terme «avec des pincettes».

«Il y a toujours un revers à chaque médaille... Pour les exportations, ce serait fabuleux», conclut-il.