/news/law

Vol dans des parcomètres

Pas d’arrêt Jordan pour deux cols bleus

Michaël Nguyen

 - Agence QMI

Deux anciens cols bleus accusés d’avoir volé 300 000 $ de petite monnaie dans les parcomètres de Montréal en 2012 n’ont pas réussi à échapper à la justice même s’ils plaidaient les délais déraisonnables.

«La requête est rejetée», a tranché le juge Pierre Labelle, vendredi au palais de justice de Montréal.

Jean-Michel Songue et Richard Bellavance, âgés de 33 et 56 ans, attendent depuis cinq ans d’être jugés pour une panoplie de vols présumés révélés au grand jour par notre Bureau d’enquête.

Les accusés trouvaient que les délais judiciaires étaient exagérés, si bien qu’ils ont tenté de mettre fin aux procédures en invoquant le fameux arrêt Jordan de la Cour suprême. Selon cette décision, le temps d’attente ne peut dépasser 30 mois dans ce cas-ci, sauf exception.

Mais même si leur dossier traîne depuis 50 mois, près de la moitié des délais sont de leur faute, a calculé le juge.

Une fois cette période retranchée des calculs, rien ne justifiait donc l’arrêt des procédures.

Petite monnaie

Selon la preuve présentée par la poursuite au procès, Songue, Bellavance ainsi que Jocelyn Joseph Lefebvre, 50 ans, travaillaient pour Stationnement Montréal lorsqu’ils auraient commis une série de 22 vols.

«Selon la preuve que nous avons recueillie, ils avaient obtenu une clé artisanale pour ouvrir les voûtes», a expliqué la procureure Émilie Robert.

Ainsi, les accusés auraient pu piger allègrement dans la caisse, dérobant environ 300 000 $ en pièces de monnaie.

«C’était surtout des pièces de 2 $», a précisé Me Robert.

Stationnement Montréal a toutefois eu la puce à l’oreille lorsque des pièces ont été retrouvées dans un camion. Une enquête a été lancée et après des vérifications comptables, le groupe a été accusé.

Les trois accusés connaîtront leur verdict à la fin du mois. Un quatrième accusé dans cette affaire, Dave Walder Angibeau, 33 ans, a obtenu en novembre dernier l’arrêt des procédures en raison des délais déraisonnables.