/regional/troisrivieres/mauricie

Environnement

Québec pourrait se charger de décontaminer le site de l'ancienne Aléris

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

Stephan Desrochers/AGENCE QMI

Il semble de plus en plus probable que c'est le ministère de l'Environnement qui verra à terminer le travail entrepris sur le site de l'ancienne usine d'aluminium Aléris à Trois-Rivières et qui procédera lui-même à la décontamination complète.

Québec avait suspendu l'an dernier le travail pour se tourner vers les tribunaux et exiger que les anciens propriétaires de l'usine, qui avait cessé ses opérations en 2008, acquittent les frais de nettoyage.

Comme les délais seront longs, le député de Champlain, Pierre-Michel Auger, a entrepris des discussions avec sa collègue Isabelle Melançon, ministre de l'Environnement, afin d'accélérer les choses.

«Ce que j'ai demandé, c'est que ça se fasse en parallèle, c'est-à-dire que les démarches fassent en sorte que ceux qui ont pollué le site puissent payer suivant le principe du pollueur-payeur. Mais, en même temps, que le gouvernement puisse décontaminer et qu'on puisse remettre le site à la population», a dit le député Auger.

Le défi est important. Il faut nettoyer le sous-sol imbibé d'hydrocarbures, une opération qui pourrait coûter au bas mot 50 millions $.

Le ministère de l'Environnement, qui a repris la gestion du site, a déjà dépensé plus de 10 millions $ pour le pompage, le nettoyage de surface et le gardiennage du site basé dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Une fois le site réhabilité, la Ville de Trois-Rivières entend y lancer un développement domiciliaire et commercial.

Dans la même catégorie