/news/law

Chantier Davie

Accusation contre le vice-amiral Norman : mauvaise nouvelle pour la construction navale

Agence QMI

L’accusation criminelle portée contre le vice-amiral Mark Norman par la GRC pourrait retarder le renouvellement des navires de la marine canadienne et d’éventuelles commandes au chantier Davie, croit le colonel à la retraite Michel Drapeau.

«Ça paralyse certainement (le processus de renouvellement) et ç’a diminué considérablement l’efficacité du ministère de la Défense», a-t-il expliqué, samedi, en entrevue à TVA Nouvelles.

L’ensemble des contrats, comme ceux que pourrait obtenir la Davie, pourrait donc être remis en question, estime-t-il.

Certains officiers des Forces canadiennes auraient même décidé de prendre une «retraite prématurée» à cause de cette situation, selon le colonel Drapeau.

Le vice-amiral Norman a été accusé vendredi d’abus de confiance, parce qu’il aurait présumément procuré des informations confidentielles à des dirigeants du chantier Davie, situé à Lévis. Il s’agirait d’informations protégées par loi, provenant d’un comité du Conseil des ministres fédéral.

Très mauvais moment

D’après le colonel Drapeau, cette accusation arrive à un très mauvais moment. «La marine canadienne est dans un état piteux, dans un état qu’on n’a jamais connu depuis la Deuxième Grande guerre.»

«Les marins et la communauté navale (militaire) au Canada étaient très fiers de l’avoir (le vice-amiral Norman) comme commandant, parce qu’il avait la capacité et la volonté d’aller chercher les crédits nécessaires pour le renouvellement de la flotte», a ajouté le militaire à la retraite.

Dans la hiérarchie globale des Forces armées, le vice-amiral Norman, qui commande la marine canadienne, occupe le rang de second officier le plus élevé.

«Il était un candidat sérieux pour prendre la direction des Forces il y a quelques mois», a précisé le colonel Drapeau.

Dans la même catégorie