/regional/montreal/lanaudiere

Saint-Donat

200$ par mois pour les nouveaux travailleurs

Francis Halin | Agence QMI

GOOGLE MAPS

À Saint-Donat, on va jusqu’à faire un chèque de 200 $ par mois aux nouveaux travailleurs, en plus de donner un bonbon de plusieurs milliers de dollars aux commerçants qui déménagent dans le coin.

« Dès que quelqu’un est engagé dans le coin, on va signer un contrat avec lui et offrir de lui payer 20 % de son loyer, chaque mois, jusqu’à concurrence de 200 $, par ménage, pendant un an », s’enthousiasme Karinne Poirier, directrice générale de la Chambre de commerce du Grand Saint-Donat.

La région va même rembourser l’équivalent du montant de la commission d’un agent immobilier à un entrepreneur qui y achète une propriété. « S’il vient s’installer ici, qu’il s’achète une maison et que la commission de l’agent immobilier s’élève à 6000 $, nous lui rembourserons ce 6000 $ », précise-t-elle.

Situation critique

Cuisiniers, serveuses, caissiers, commis... la petite municipalité aux 80 lacs a besoin d’au moins 200 travailleurs de toute urgence. En période touristique, l’hiver, la population double, passant de 4000 à 8000. L’été, c’est pire encore, elle explose... par quatre.

« Notre chef cuisinier travaille sept jours sur sept, d’une noirceur à l’autre, depuis un an et demi. C’est fou, c’est complètement fou ! » déplore le directeur de l’auberge l’Étoile du Nord, Robert Rivest. Dans sa MRC de Matawinie, il y a 300 postes de cuisiniers... pour un candidat.

Linda Cotton, gérante du Déli de Saint-Donat, pourrait devoir fermer son restaurant d’ici la fin mars. « Je suis pas loin de la clé sur la porte à cause du manque de personnel », se désole-t-elle.

Marie-Ève St-Amour, directrice générale de Boulangerie St-Donat, a cruellement besoin de 25 employés. « On n’arrive plus à répondre aux demandes des clients. C’est un peu fâcheux. Les clients qui sont habitués d’avoir leur gâteau aux carottes ne l’ont pas », observe-t-elle.

Pression étouffante

Pour le maire de Saint-Donat, la situation s’aggrave à vue d’œil depuis deux ou trois ans. « On a la pression de nos commerçants », confie-t-il. Serrés jusqu’au cou, les entrepreneurs sont lavés financièrement parce qu’ils doivent augmenter salaires et avantages pour garder leurs employés.

C’est le cas de Michel Deschamps, propriétaire du Familiprix. « C’est une situation de crise », confie celui qui est aussi président de la Chambre de commerce du Grand Saint-Donat.

Quand M. Deschamps est forcé de prendre congé, il doit engager un pharmacien en le payant près du double... en plus d’assumer le coût de son déplacement et parfois sa nuit à l’hôtel.

« Dix employés sur quinze ne veulent pas venir travailler chez moi parce que je ne veux pas les payer en dessous de la table. C’est un problème majeur, ça aussi », conclut Gaston Poirier de l’auberge La cuillère à pot qui paie ses employés jusqu’à 16 $ l’heure.

Dans la même catégorie