/regional/troisrivieres/mauricie

Nageuse d'endurance

Elle rêve de franchir l’océan à la nage

Amélie St-Yves | Agence QMI

Amélie St-Yves

Une nageuse d’endurance de 38 ans veut être la première femme à traverser l’océan Atlantique à la nage l’hiver prochain.

Heidi Levasseur se prépare depuis 2015 à franchir à la nage les 3000 kilomètres qui séparent la ville de Dakar au Sénégal, en Afrique, à Recife au Brésil, en Amérique du Sud.

L’aventure doit s’amorcer en décembre prochain pour une durée de quatre à six mois, ce qui représente plus de 150 jours en mer et deux millions de coups de bras.

Si elle accomplit cet exploit, elle sera la première femme au monde à compléter la traversée sans parcourir de segments en bateau.

«Je veux voir jusqu’où je peux pousser ma limite. C’est le projet de ma vie et c’est quelque chose qui va connecter les peuples. Je fais participer le Sénégal, la France, le Québec. J’inclus des gens qui ont cette flamme du dépassement de soi», dit la femme de Trois-Rivières.

Le plan est simple: nager quand la mer est belle et se reposer quand les vents se lèvent. L’océan devrait être relativement calme près de l’équateur à ce temps de l’année, et la température de l’eau devrait osciller entre les 25 et 30 degrés Celcius, selon la nageuse en eau libre.

Requins et méduses

«Entre les mois de décembre et de mai-juin, c’est une période climatique où on ne s’attend pas à des tempêtes ou des ouragans monstrueux. Il peut toujours y avoir de grosses averses très venteuses, mais de courte durée», explique Heidi Levasseur.

Elle prévoit nager quatre heures le matin, prendre une pause le midi pendant laquelle elle pourra dormir et se nourrir de beaucoup de protéines, suivi d’un autre quatre heures de nage en après-midi.

Il faudra faire attention aux requins et aux méduses, d’autant plus qu’elle ne nagera pas dans une cage fixée au bateau, mais bien sans barrière. Un kayakiste la suivra de près, avec son sonar et son liquide anti-requin pour repousser les bêtes si une s’aventure trop près.

D’ailleurs, la combinaison d’Heidi Levasseur aura le motif d’un poisson que les requins n’attaquent pas.

Échec de 2016

L’athlète a par ailleurs appris de l’échec de l’ex-policier britannique Ben Hooper, qui avait tenté le même trajet en 2016. Un jour, alors qu’il avait enlevé sa combinaison, car il avait chaud, il a nagé directement dans un banc de méduses, qui l’ont piqué à plusieurs reprises.

«Il avait la combinaison, mais il ne l’a pas utilisée. C’est une bonne leçon, à savoir que même s’il fait chaud, c’est toujours mieux d’être protégé», dit Heidi Levasseur.

Les méduses, semi-transparentes et subtiles, sont difficiles à détecter et leurs piqûres peuvent entraîner le coma ou la mort.

La sportive nage actuellement en piscine quatre ou cinq fois par semaine, pendant des périodes de deux heures, en plus de deux entraînements en gymnase et de quelques demi-heures de yoga.

Son programme deviendra de plus en plus long et rigoureux ce printemps, jusqu’à atteindre les huit heures par jour, quand elle s’entraînera à La Rochelle, en France, l’été prochain.

Ils ont nagé dans l’Atlantique

1998: Benoît Lecomte (France) du Massachusetts à la France

1995: Guy Delage (France) de la France jusqu’aux côtes américaines de la Barbade

Ces deux hommes auraient bénéficié d’une embarcation qui dérive quand ils dormaient, une distance qui n’a pas été documentée. Heidi Levasseur serait la première à enregistrer toutes les données nécessaires pour prouver qu’elle a nagé la distance en totalité.

Les exploits de Heidi

Montréal-Québec à la nage

250 km

Gatineau-Montréal

150 km

Québec-Matane

350 km

24 heures de nage à La Tuque

Son équipage

Médecin

Massothérapeute

Capitaine

Adjoint du capitaine

Mécanicien

Kayakiste

Caméraman

Expédition à 1 million $

L’aventure est estimée à 1 million $, dont 500 000 $ restent toujours à trouver, si une entente pour le bateau se concrétise bien, tel qu’anticipé. Heidi Levasseur a bon espoir d’attacher le budget dans les temps. Advenant que ce ne soit pas le cas, le pire scénario serait de repousser la traversée d’un an.

Dans la même catégorie