/regional/montreal/montreal

Environnement

Un projet-pilote sur les sols contaminés pour lutter contre le crime organisé

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

 - Agence QMI

JEAN-LOUIS FORTIN/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

La Ville de Montréal pourra suivre en temps réel le déplacement de ses sols contaminés de leur excavation jusqu’à leur site de traitement ou d’enfouissement pour éviter tout risque de fraude.

Un premier projet-pilote de traçabilité des sols contaminés sera mené à l’ancienne cour de voirie d’Outremont, où sera situé le futur campus de l’Université de Montréal. Des travaux de réhabilitation d’une durée d’un an débuteront à l’automne pour transformer une partie du site en parc familial.

Le ministère de l’Environnement et la Ville de Montréal espèrent ainsi régler le problème de disposition illégale des sols contaminés.

Des membres du crime organisé ont profité de certaines failles dans le système de transport et ont déversé sans autorisation des sols contaminés sur des résidences privées près de la rivière de l’Achigan dans les Laurentides.

Plusieurs autres projets du secteur de la décontamination ont aussi été infiltrés par le crime organisé, a dévoilé lundi «La Presse».

«J’ai trouvé ces histoires préoccupantes et choquantes. Il faut ouvrir les yeux sur ces pratiques inacceptables», a indiqué la ministre de l’Environnement, Isabelle Melançon, en conférence de presse.

De base volontaire, le projet-pilote intègrera sur les camions de transport le système Traces Québec, crypté et confidentiel, basé sur la géolocalisation.

«On va régler le problème, c’est une garantie, a assuré le président et directeur général de Réseau Environnement Jean Lacroix.»

L’application a été développée par le Réseau Environnement et WikiNet et pourra éventuellement être implantée ailleurs au Québec, ainsi qu’être utilisée pour la surveillance d’autres produits, comme les matières dangereuses et recyclées.

Dans la même catégorie