/news/world

Résolu et White Birch épargnées

Des droits antidumping de 22,16 % imposés sur le papier journal canadien

Agence QMI

Le gouvernement américain a annoncé, mardi, l'imposition de droits antidumping préliminaires de 22,16 % sur le papier journal canadien, mais a épargné le producteur québécois Produits forestiers Résolu.

Dans sa décision, le département du Commerce américain a expliqué qu'il imposera des droits de 22,16 % à l'ensemble des producteurs canadiens, à l'exception des forestières Résolu et White Birch.

La décision finale du département du Commerce est attendue aux environs du 2 août prochain.

«Le président Trump a indiqué clairement depuis le début que nous allions vigoureusement faire respecter nos lois commerciales pour offrir un répit à nos industries vis-à-vis des pratiques commerciales injustes», a expliqué le secrétaire au Commerce Wilbur Ross, dans un communiqué.

Cette nouvelle mesure protectionniste a été dénoncée par l'industrie forestière. «Quel qu'en soit le niveau, l'imposition de droits antidumping est absolument injustifiée. [...] Ces droits se traduiront par une augmentation des coûts d'approvisionnement et fragiliseront par conséquent les éditeurs et les imprimeurs qui utilisent ce type de papier», a soutenu le président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), Denis Lebel, dans un communiqué.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, s'est aussi opposée à la décision américaine. «Ces droits auront une incidence directe et négative sur les journaux américains, tout particulièrement ceux des petites villes, et entraîneront des pertes d’emplois dans le secteur de l’impression aux États Unis, a prédit la ministre, dans un communiqué. Mme Freeland a aussi indiqué que le gouvernement fédéral «demeure résolu à aider notre industrie forestière à renforcer ses relations commerciales existantes et à diversifier ses débouchés commerciaux».

Du côté de Québec, la ministre de l'Économie Dominique Anglade a promis de répliquer à l'imposition des droits antidumping. «Nous allons démontrer que ces droits sont sans fondement devant le DOC et, si nécessaire, devant les instances internationales comme celles prévues à l'Accord de libre-échange nord-américain et à l'Organisation mondiale du commerce», a-t-elle affirmé.

De son côté, son collègue Luc Blanchette, le ministre des Forêts, a affirmé que son gouvernement allait soutenir et défendre l'industrie forestière. «Nous devons le faire pour les travailleurs de l'industrie, leurs familles, les communautés et l'essor de nos régions», a-t-il dit.

Une troisième tuile sur l'industrie forestière

La décision préliminaire a été prise à la suite d'une plainte formulée par l'entreprise américaine North Pacific Paper Company, qui est établie dans l'État de Washington. C'est la même entreprise qui était à l'origine de la plainte ayant mené à l'imposition d'une surtaxe de 6,53 % sur les produits de papier surcalandré, en janvier dernier.

L'imposition d'un tarif douanier de 22,16 % est moindre qu'espérée par l'entreprise américaine, qui réclamait une surtaxe allant de 23,45 % à 54,97 %.

Selon les États-Unis, les importations de papier journal en provenance du Canada représentaient 1,27 milliard $ US en 2016, soit environ 1,64 milliard $ CAN.

C'est la troisième fois que le département du Commerce américain impose des droits de douane sur des produits forestiers en provenance du Canada, après l'imposition de surtaxes sur le bois d'œuvre et le papier surcalandré, depuis l'arrivée du président américain Donald Trump à la Maison-Blanche.

Cette décision survient alors que les États-Unis ont décidé, la semaine dernière, d'exempter le Canada de l'imposition de droits de douane de 25 % sur l'acier et de 10 % sur l'aluminium. Le président Trump a cependant affirmé que cette exception serait tributaire des avancées dans la renégociation du l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Dans la même catégorie