/news/society

Restaurants et chefs du Québec

La crème de la gastronomie sera célébrée dans un gala

Nadia Lemieux | Agence QMI

GEN-LAURIERS-GASTRONOMIE

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

L’industrie de la gastronomie d’ici élira les meilleurs restaurants et chefs au Québec lors d’un premier gala qui se tiendra le 16 avril prochain.

Les Lauriers de la gastronomie québécoise dévoilaient mardi les 90 finalistes de 15 catégories touchant à l’industrie de la table, de la production à la sommellerie, en passant par la pâtisserie et le service en salle.

Dans les catégories les plus prestigieuses de restaurant et chef de l’année, plusieurs institutions montréalaises se démarquent. Les restaurants Candide, le Mousso, le Vin Papillon et le Marconi sont, entre autres, représentés dans les deux catégories.

Du côté de Québec, les établissements Battuto et Initiale ont retenu l'attention alors que la cheffe Colombe St-Pierre et son restaurant Chez St-Pierre, établi au Bic dans le Bas-Saint-Laurent, se démarquent hors des grands centres.

Le chef du Mousso, Antonin Mousseau-Rivard, croit que ce premier gala contribuera à faire reconnaitre l’industrie. «C’est valorisant pour nous. C’est le début d’une tradition qui va, d’après moi, perdurer parce que les gens aiment beaucoup la cuisine maintenant.»

Les Lauriers

La rédactrice et blogueuse Christine Plante est celle qui se cache derrière l’initiative des Lauriers. Pour elle, ce gala suit logiquement «l’air du temps».

«On vit un mouvement de société où la gastronomie fait partie de notre identité et de notre culture, au même titre que la musique ou le cinéma», a-t-elle expliqué.

Dès les balbutiements du projet en 2016, Mme Plante avait à cœur de faire des Lauriers un gala par et pour l’industrie. «Le modèle est un peu comme l’Académie des Oscars puisque c’est l’industrie qui choisit les finalistes et les lauréats.»

L’équivalent de l’Académie se nomme la «Brigade». Elle est à ce jour constituée de 1000 professionnels issus du monde gastronomique de la province. Un jury impartial, présidé cette année par le chef du Château Frontenac, Stéphane Modat, contribue également au choix des lauréats.

Le Laurier du public est le seul prix qui sera attribué par la population, qui peut voter en ligne jusqu’au 31 mars. «Mais [pour le reste], c’est l’industrie qui va voter, donc c’est ça qui est génial, a précisé M. Modat. Quand tu reçois une tape dans le dos par tes pairs, c’est encore mieux.»

Gala inclusif

Les talents de partout au Québec seront célébrés lors du gala.

La Gaspésie est par exemple représentée par la Fourchette bleue dans la catégorie initiative en alimentation et par Benoit Couillard de la brasserie Auval dans la catégorie Artisan.

Mme Plante ajoute que toutes les disciplines de la gastronomie seront mises à l’honneur lors du gala «[parce qu’il y a] tout un monde autour des chefs pour faire un chef-d’œuvre.»

Le chef du Candide, John Winter Russell, dit avoir hâte d’apprendre qui remportera le Laurier du producteur de l’année. «Parce que moi, j’ai juste rôti les carottes, a-t-il lancé humblement. Mais eux les font pousser. Je trouve ça beaucoup plus difficile!»

La personnalité culinaire Ricardo Larrivée, en lice pour le Laurier du public, a abondé dans le même sens. «[La gastronomie], ça part avec une poignée de terre et ça finit avec une poignée de créativité dans un restaurant ou à la maison.»

Restaurant de l’année

Battuto (Québec)

Bistro Rosie (Montréal)

Candide (Montréal)

Chez St-Pierre (Le Bic)

Initiale (Québec)

Le Club Chasse et Pêche (Montréal)

Le Mousso (Montréal)

Le Vin Papillon (Montréal)

Marconi (Montréal)

Montréal Plaza (Montréal)

Chef de l’année

Antonin Mousseau-Rivard, Le Mousso

Colombe St-Pierre, Chez St-Pierre

Éric Gonzalez, L'Atelier de Joël Robuchon

Frédérick Laplante, Légende par la Tanière

John Winter Russell, Candide

Marc-André Jetté, Hoogan et Beaufort

Marc-Olivier Frappier, Le Vin Papillon

Mehdi Brunet-Benkritly, Marconi

Nancy Hinton, Les Jardins Sauvages
Stelio Perombelon, M.Mme