/news/currentevents

Disparition d’Ariel Jeffrey Kouakou

Pourquoi 24 heures pour déclencher une alerte AMBER ?

TVA Nouvelles

La disparition du jeune Ariel Jeffrey Kouakou, depuis lundi à Ahuntsic-Cartierville, soulève de nombreuses interrogations sur le processus de déclenchement d’une alerte AMBER. Dans le cas de ce jeune de 10 ans, les autorités ont attendu 24 heures avant de lancer l’alerte.

À lire également:

- Alerte AMBER émise pour le jeune Ariel Jeffrey Kouakou

- «Ariel, reviens à la maison, tu nous manques»

- Un garçon de 10 ans porté disparu à Montréal

En entrevue mardi après-midi à l’émission 100%, Laurent Gingras du SPVM a expliqué pourquoi les enquêteurs ont envoyé l’alerte mardi après-midi. «Ça fait plus de 24 heures que nous sommes sans nouvelles du jeune garçon de 10 ans (...) et nous sommes en hiver, donc les circonstances dans lesquelles il pourrait évoluer à l’extérieur sont difficiles», a-t-il expliqué.

Le déclenchement d’une alerte AMBER est soumis à certaines conditions, selon les provinces.

Selon le Centre canadien pour la protection des enfants les critères de base pour déclencher une alerte AMBER sont :

- L’enfant doit avoir moins de 18 ans;

- Les autorités soupçonnent que l’enfant ait été enlevé;

- L’enfant court un danger imminent;

- On dispose d’informations à communiquer pour aider à localiser l’enfant ou son ravisseur (par exemple, description de l’enfant, du suspect ou du véhicule du ravisseur).

Ces critères peuvent différer selon les cas.

Toute personne qui l’aperçoit ou qui a des informations à transmettre au sujet de cette disparition doit communiquer sans délai avec le 911 ou avec Info-Crime Montréal au 514-393-1133.

Dans la même catégorie