/news/society

Abus d'alcool

Sept adolescents québécois par jour se retrouvent aux urgences

Agence QMI

Jusqu'à sept jeunes Québécois de 12 à 24 ans se retrouvent quotidiennement aux urgences en raison d'une grave intoxication à l'alcool, indiquent des données compilées par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Les données ont été dévoilées mardi, alors que Québec a décidé d'interdire la vente dans les dépanneurs et épiceries des boissons sucrées à haute teneur en alcool, comme le FCKD UP et le Four Loko.

Selon l'INSPQ, 2332 jeunes ont été admis aux urgences entre le 1er janvier et le 26 novembre 2017, soit 214 par mois et 7 par jour. La vie du quart d'entre eux était en danger au moment de leur arrivée à l'hôpital, tandis que 57 % présentaient des complications «comme un coma, des lésions à la tête ou de l’hypothermie», a précisé l'Institut dans son étude.

Les types d'alcool consommés par ces jeunes n'ont pas été précisés, mais l'Institut a souligné que le trois quarts des patients avaient bu des boissons à haute teneur en alcool.

«Les données disponibles ne permettent pas de conclure que les produits à haute teneur en sucre et alcool sont la cause principale des cas d’intoxications aiguës vus aux urgences du Québec en 2017. Néanmoins, leur analyse met en évidence une problématique préoccupante qui justifie de renforcer les actions de prévention», a analysé l'INSPQ.

Selon l'INSPQ, «le volume de ventes des produits les plus alcoolisés (au moins 11 % d’alcool) a augmenté de plus du triple (319 %) entre 2016 et 2017».

Dans la même catégorie