/regional/troisrivieres/mauricie

Notre-Dame-du-Mont-Carmel

Un acériculteur dénonce les frais de branchement d’Hydro-Québec

Émilie Vallée | TVA Nouvelles

Un jeune acériculteur de la Mauricie conteste les frais de 10 000 $ réclamés par Hydro-Québec pour brancher sa station de pompage d'eau d'érable au réseau électrique dans le but d’augmenter sa production et la rendre plus écologique.

«C'est simple moi j'ai même pas considéré effectuer le branchement quand ils m'ont dit ça. C'est un projet en parallèle à ce que je fais dans la vie et 10 000 $ c'est même pas mon budget pour une année», lance Jean-Philippe Brière.

Pourtant ces installations sont tout près de la route.

«Je suis tout près de la ressource. Je ne demande pas à Hydro de me donner de l'électricité, je veux juste être en mesure de convertir mes installations pour consommer moins d'essence», ajoute l'acériculteur de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

La société d'État juge que la consommation d'électricité ne sera pas assez importante pour assurer la rentabilité du branchement au réseau.

«C'est une demande de branchement pour l'équivalent d'une pompe à puisard donc on parle d'une très faible consommation», explique Serge Abergel d'Hydro-Québec.

En attendant Jean-Philippe Brière fonctionne à l'ancienne. «Je n'ai pas le choix de fonctionner avec deux moteurs à essence et c'est moins de rendement. Les jours où ça coule moins je ne peux pas payer 30 $ d'essence pour récolter 30 $ de sirop, c'est illogique!», mentionne-t-il.

Le projet de branchement est donc sur la glace. La production de sirop de cette année laisse un goût amer à ce nouvel entrepreneur.