/regional/montreal/montreal

Cafouillage sur l'autoroute 13

Les victimes et Québec négocient pour un dédommagement

TVA Nouvelles

Alors qu'on souligne le tristement célèbre cafouillage de l'autoroute 13, survenu il y a un an jour pour jour, TVA Nouvelles a appris que des négociations sont en cours entre les automobilistes inscrits au recours collectif et le gouvernement du Québec en vue d'un règlement.

L'avocat qui pilote le dossier, Me Marc-Antoine Cloutier a annoncé dans le cadre d'une conférence de presse à Montréal, que les automobilistes coincés dans la tempête, appuyés par leurs avocats, ont réussi à mettre de la pression pour en venir éventuellement à un règlement a l'amiable concernant le dédommagement.

À LIRE ÉGALEMENT:

Que s'est-il passé sur l'autoroute 13?

Cafouillage sur l'autoroute 13: le MTQ et la SQ blâmés

«Abandonnée» et «révoltée» pendant une nuit sur la 13

Me Marc-Antoine Cloutier

«Vendredi dernier, alors qu’on s’apprêtait à finaliser le protocole et les instances pour fixer l’audience de l’automne prochain, on a plutôt préféré inviter le gouvernement à accepter la tenue d’une conférence de règlement à l’amiable présidée par un juge de la Cour supérieure pour en venir à une entente à l’amiable», a indiqué Me Cloutier.

«On pense que c'est important que la compensation vienne rapidement», a-t-il ajouté.

Me Marc-Antoine Cloutier a tenu à préciser que la Ville de Montréal a «catégoriquement refusé» la tenue de cette conférence de règlement à l’amiable, hier.

«Du côté du gouvernement, les réponses ont été plus positives (...) et s’en est suivi un processus de discussion qui est constructif et qui nous donne espoir pour un règlement dans ce dossier», a expliqué Me Cloutier.

«On demande au gouvernement de travailler avec nous pour qu’on puisse s’entendre dans les prochains semaines sur les montants définitifs à verser aux victimes».

Si la demande n’est pas acceptée, les demandeurs comptent s’adresser de nouveau au gouvernement et à la Ville de Montréal en leur demandant de reconsidérer leur position. En cas de refus, un procès doit avoir lieu à l’automne prochain.