/regional/montreal/montreal

Cuisine de rue

Montréal facilite le processus pour les restaurateurs

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

PHOTO COURTOISIE

Montréal simplifie son règlement pour encadrer la cuisine de rue dans l’espoir d’aider cette industrie qui a connu une dernière année difficile.

La Ville a décidé de revoir son règlement quant à l’emplacement des camions de rue et le processus de sélection des restaurateurs.

« Les modifications proposées permettent de favoriser le maintien de la cuisine de rue à Montréal, de mieux évaluer l’offre et la demande et de répondre aux besoins de l’industrie sans compromis sur la qualité de l’offre, et ce, sans coût additionnel », explique-t-on dans les documents de la Ville.

Les camions sont maintenant autorisés à revenir plus souvent sur un même site. Ils pourront s’installer dans l’un des cinq sites les plus achalandés, comme la place d’Armes et le Square Victoria, une fois par semaine. Auparavant, ils ne pouvaient réserver à l’un de ces emplacements qu’une fois par deux semaines.

Le reste du temps, les camions pourront fréquenter comme ils le souhaitent les 24 autres sites identifiés par Montréal.

La Ville a aussi décidé de revoir ses tarifs de location d’emplacement, qui s’élevaient avant entre 10 $ et 40 $ en fonction de l’achalandage du site. Maintenant, tous les sites ont un tarif de 30 $.

Fin du comité de sélection

Le comité de sélection des restaurateurs sera abandonné pour faire place à un formulaire d’inscription traité avec la demande de permis de cuisine de rue, qui coûte 350 $ pour l’année et 300 $ pour la saison estivale.

Selon la métropole, la simplification du processus permettra de réduire les délais de traitement des demandes.