/regional/troisrivieres/mauricie

Rapport du Conference Board

Ralentissement économique prévu à Trois-Rivières

Émilie Vallée | TVA Nouvelles

Sur le plan économique, Trois-Rivières a connu une année faste en 2017. Mais selon le rapport du Conference Board du Canada, 2018 ne s'annonce pas aussi extraordinaire.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) réel passerait de 3,5% à 1,9 % en 2018. Puis, il continuerait à diminuer pour atteindre 1,7% l'année prochaine.

Toutefois, le maire Yves Lévesque n'y croit pas.

«Ce sont des projections et on a toujours déjoué les projections. Depuis la fusion municipale, ils nous annoncent un ralentissement et c'est le contraire qui arrive», lance le maire.

L'augmentation des taux d'intérêt serait en partie responsable de ce ralentissement, combiné à l'incertitude dans le secteur manufacturier.

«C'est basé sur le fait qu'on va peut-être renégocier l'ALENA et ça nous concerne parce que dans la région, 80% de nos exportations vont aux États-Unis. Mais ça demeure hypothétique», croit Frédéric Laurin, professeur d'économie à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

La création d'emplois serait aussi moins importante qu'au cours des deux dernières années. Les nouveaux emplois passeraient, selon les projections, de 1100 à 735.

«Ce qui freine les entreprises, c'est la pénurie de main-d’œuvre», explique le professeur.

Il y a cependant un secteur où la croissance est assurée : celui du domaine de la construction, grâce à des projets d'envergure comme le nouveau Colisée et le Centre des congrès.

Seule ombre au tableau : le conflit à l'aluminerie de Bécancour, qui pourrait éventuellement avoir un impact sur l'économie trifluvienne.

Dans la même catégorie