/news/law

Wemindji

Une ex-policière crie aurait tué sa fille de 9 ans

Axel Marchand-Lamothe

 - Agence QMI

JOEL LEMAY/24H MONTREAL/AGENCE QMI

Une ancienne policière d’une communauté crie du Nord-du-Québec a été formellement accusée du meurtre prémédité de sa fillette, vendredi.

Rhonda Georgekish, 32 ans, était «désorganisée» lorsqu’elle a été arrêtée, jeudi, après la découverte du corps de sa fille âgée de 9 ans dans sa résidence de Wemindji, à 850 km au nord de Val-d’Or.

D’après la sergente Marie-Josée Ouellet de la Sûreté du Québec (SQ), les agents du service de police de Eeyou Eenou ont fait la macabre découverte après avoir conduit la femme dans une clinique pour qu’elle soit traitée.

La SQ a par la suite été appelée en renfort pour mener l’enquête.

Elle a finalement été accusée de meurtre au premier degré, vendredi.

Selon nos informations, Rhonda Georgekish aurait été policière pour la communauté jusqu’en 2015.

Il n’a pas été possible de connaître les motifs de son départ.

Toutefois, en 2012, elle avait reçu une plaque de reconnaissance de son service policier pour «excellent service».

Communauté dévastée

Les résidents de la communauté isolée d’environ 1500 habitants près de la baie James ont été fortement ébranlés par le crime.

«Je ne suis pas à l’aise de discuter de la situation. C’est trop difficile», a confié un ex-collègue de l’accusée, au téléphone.

De nombreux citoyens ont abondé dans le même sens, lorsque joints par «Le Journal de Montréal».

«C’est une terrible tragédie que de perdre un enfant. Notre communauté et les membres de la famille auront besoin de prières, d’amour et de support», a pour sa part mentionné par communiqué la chef du conseil de bande de Wimindji, Christina Gilpin.

En fin de journée, le mobile du meurtre restait à être confirmé par les enquêteurs.

Une autopsie devait également être pratiquée pour établir les circonstances exactes de la mort de la fillette.

Dans la même catégorie