/news/politics

Épisode tragique et historique

225,9 M$ pour les inondations et une stratégie de l’eau

Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le gouvernement Couillard veut se donner les moyens de ne plus vivre l’épisode tragique des inondations de l’an dernier et va injecter 225,9 millions $ au cours des prochaines années pour diminuer les risques ainsi que pour l’élaboration d’une stratégie québécoise de l’eau.

Ainsi, un peu plus de 81 millions $ seront consacrés au cours des prochaines années pour mieux outiller et préparer la province face aux inondations.

Le gouvernement souhaite ainsi améliorer les connaissances scientifiques sur les changements climatiques et assurer une meilleure présence en sécurité civile et incendie dans la province. Québec est d’avis que le milieu municipal doit être mieux préparé à affronter les sinistres et met 55 millions $, entre autres, à cet effet.

Pas loin de 46 millions $ iront à une enveloppe permettant d’assurer l’exploitation sécuritaire des quelque 760 barrages publics et les autres barrages municipaux. L’argent ira notamment aux municipalités qui en ont besoin pour entretenir les barrages dont elles sont responsables.

Le gouvernement Couillard a aussi prévu 27,6 millions $ sur cinq ans pour le projet Info-Crue qui doit délimiter les zones inondables en les cartographiant, entre autres. C’est une des mesures qui a fait consensus lors du Forum Inondations de l’an dernier.

«La mise en place de ce système de prévision en temps réels fournira aux autorités une cartographie des secteurs qui pourraient être inondés», estime-t-on.

Québec souhaite aussi soutenir les organismes environnementaux en bonifiant à 3,3 millions $ annuellement son aide.

Par ailleurs, la stratégie québécoise de l’eau qui sera lancée au cours des prochains mois permettra, selon Québec, de «protéger et gérer l’eau» de façon durable. On parle même d’«économie bleue».

«Avec ses dizaines de milliers de rivières et plus de trois millions de plans d’eau, le Québec possède 3 % des réserves en eau douce renouvelable de la planète et près de 40 % de toute cette eau se concentre dans le bassin hydrographique du Saint-Laurent», peut-on lire dans le budget.