/regional/estduquebec/basstlaurent

Rimouski

Des ambulanciers forcés de jouer les croque-morts

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

Une ambulance a été réquisitionnée vendredi pour transporter un cadavre à Rimouski. La Fraternité des paramédics de Rimouski-Mont-Joli dénonce cette pratique qui est d'ailleurs contraire à la loi.

De fait, ce sont les véhicules appartenant aux maisons funéraires qui ont la responsabilité de transporter des cadavres. Pourtant, vendredi après-midi, des ambulanciers ont été appelés à se rendre au CHSLD de Rimouski pour un patient nécessitant un transport vers l'Hôpital de Rimouski. Sur place, ils ont appris que le patient en question était en fait le cadavre d'une personne décédée depuis plusieurs heures.

Malgré tout, ils ont effectué le transfert du corps entre les deux établissements. Par la suite, ils ont dû procéder à la décontamination de leur véhicule et de leur matériel, pour de raisons évidentes de salubrité. Au final, leur véhicule n'a pas été disponible pour de vraies urgences pendant une heure.

«Nos ambulanciers ont été appelés au CHSLD pour un arrêt cardio-respiratoire avec ordonnance de non-réanimation. À leur arrivée, les paradémics ont été dirigés vers la morgue et on leur a dit qu'un transport avait été organisé. La personne se trouvait dans un linceul avec l'étiquette à l'orteil. La demande de transfert était pour la morgue de l'Hôpital de Rimouski pour des examens post-mortem», a précisé Jérémie Landry, président de la Fraternité des paramédics de Rimouski-Mont-Joli.

Le Centre de santé du Bas-St-Laurent soutient qu'il a répondu à une demande qui lui a été adressée par le Bureau du coroner. Mais ce qui est clair, c'est que les paramédics refuseront désormais de transporter des cadavres.

«Il y a un ordre qui a été donné. Est-ce que c’est le coroner qui l'a donné, est-ce le CISSS? On ne le sait pas. Mais ce n’est clairement pas la tâche des paramédics de transporter des personnes décédées depuis plusieurs heures. On ne fera plus de transport de morgue à morgue», a conclu Jérémie Landry.