/news/society

CAVAC Centre-du-Québec

Briser l'isolement des hommes victimes d'abus sexuels

TVA Nouvelles

Aider les hommes qui ont été victimes d’agression sexuelle demande une intervention particulière.

C’est pourquoi le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) Centre-du-Québec a ajouté un nouveau groupe de soutien pour ceux qui ont vécu des abus alors qu’ils étaient enfants ou adolescents.

Bien qu’ils soient moins nombreux que les femmes à avoir été victimes d’agression sexuelle, ce sont 16 % des hommes qui auraient subi des abus.

Et dès le départ, les intervenants du CAVAC doivent gérer les cas des hommes différemment.

«Lorsqu’ils choisissent d’aller chercher de l’aide, une des choses les plus importantes, c’est de leur offrir des services rapidement», a expliqué Sophie Bergeron, criminologue et directrice générale du CAVAC Centre-du-Québec, en entrevue à LCN.

Selon elle, les hommes mettent souvent plus de temps que les femmes avant de venir chercher l’aide nécessaire.

«Un homme à qui nous n’offrirons pas de service rapidement va comprendre que ce qu’il a vécu n’est pas si grave que ça et va retourner chez lui et ne refera pas une deuxième demande d’aide», a ajouté Mme Bergeron.

Les groupes de soutien destinés aux hommes victimes d’abus sexuels contribuent à briser l’isolement dans lequel les victimes se sont enfermées depuis plusieurs années.

«Comment ça se fait que j’aie accepté ça?», se demandent souvent les victimes, maintenant adultes, oubliant qu’ils étaient des enfants lorsqu’ils ont été agressés.

«Les hommes ont besoin de se retrouver en groupe pour entendre que d’autres hommes ont vécu la même chose et ensemble se soutenir», a conclu la directrice générale du CAVAC Centre-du-Québec.