/regional/estduquebec/basstlaurent

Bas-Saint-Laurent

Des élus veulent forcer Québec à prolonger l’autoroute 20

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

L'absence de financement pour prolonger l'autoroute 20 entre Trois-Pistoles et le secteur du Bic dans le récent budget québécois fait bondir le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent.

Les élus et les préfets de la région unissent leur voix et réclament le retour du projet dans le plan québécois des infrastructures rapidement.

Selon le Collectif, le dossier du prolongement de l’autoroute 20 est prioritaire compte tenu des enjeux de sécurité des personnes et de développement économique.

«Il faut effectivement rappeler [aux ministres André Fortin, Jean D’Amour et au premier ministre Philippe Couillard] qu’ils ont des responsabilités. On ne souhaite pas que ça devienne un enjeu électoral le 1er octobre, mais que ça se règle», estime le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé.

La planification des travaux, uniquement, peut prendre des années. Pour que des études soient menées, il faut que le projet soit inscrit dans le plan. Les élus ont déposé une résolution unanime pour faire de la pression sur le gouvernement.

«On veut que peu importe les instances gouvernementales qui sont là actuellement versus celles qui y seront toujours ou les nouvelles qui y seront pour les prochains quatre ans, on veut absolument que ce dossier là soit actif. On veut qu’il soit pris en main, que quelque chose se fasse, que ça devienne une réalisation», a expliqué Guylaine Sirois, présidente du Collectif régional de développement du Bas-St-Laurent et préfet de la MRC de Témiscouata.

La route 132 demeure le seul lien routier d’importance entre Trois-Pistoles et Rimouski. Selon les données du Collectif, la route a été fermée à cinq reprises, soit plus de 100 heures depuis décembre 2017, en raison des conditions météorologiques ou d’accidents, isolant ainsi le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie du reste du Québec.

Il s’agit d’un tronçon fortement exposé au vent. Ces fermetures ont des impacts économiques importants notamment pour le transport de produits frais.

Un deuxième lien d’importance offrirait une autre option de desserte lors de situations d’urgence. Au début janvier, la bombe météo a forcé la fermeture de la 132 et la Ville de Rimouski a connu un bris majeur d’eau potable qui aurait pu amener un manque d’eau.

«Lorsque le CISSS a envisagé la possibilité d’évacuer le centre hospitalier compte tenu du fait qu’il y avait possiblement un manque d’eau potable, la route 132 était alors fermée, il n’y avait pas d’alternative», a expliqué le maire de Rimouski, Marc Parent.

Le premier ministre Philippe Couillard sera de passage à Rimouski pour un déjeuner partisan le 14 avril. Selon le député de Rimouski, Harold Lebel, M. Couillard devra aborder ce dossier incontournable. Il espère un engagement clair de sa part vu la pression des élus de la région et de l’opposition pour le prolongement de l’autoroute 20.