/regional/abitibi

Rouyn-Noranda

Un médecin suspendu après la mort d'une patiente

David Prince | Agence QMI

Un médecin de l’Abitibi qui a donné son congé de l’hôpital à une patiente, par téléphone, quelques heures avant son décès a été suspendu trois mois par le Collège des médecins.

Le docteur Alexandre Viau, de Rouyn-Noranda, avait plaidé coupable en janvier de ne pas avoir «évalué adéquatement sa patiente». Le Collège des médecins a entériné mardi la suggestion commune de le suspendre trois mois.

Emanuelle Corbeil-Châtillon est décédée le 2 janvier 2014 à l’âge de 27 ans, après que le Dr Viau eut annulé par téléphone un drainage qui était prévu la veille.

Patiente Dr radié

Un abcès

Mme Corbeil-Châtillon avait été opérée le 11 décembre 2013 par le Dr Viau pour une appendicite, mais un abcès s’était par la suite développé.

Elle s’était présentée à l’urgence, le 30 décembre suivant, et on lui avait confirmé un abcès. On lui avait alors donné un rendez-vous le lendemain pour un drainage. Mais celui-ci a été annulé, car le Dr Viau et des collègues n’étaient plus convaincus qu’il s’agissait d’un abcès.

Le 1er janvier, Mme Corbeil-Châtillon s’est présentée à nouveau à l’urgence, où on lui a fait des prises de sang. Les résultats ont été transmis au Dr Viau.

Pendant qu’elle attendait à l’hôpital, lors du jour de l’An, le Dr Viau a appelé Mme Corbeil-Châtillon et décidé d’annuler à nouveau le drainage. Il lui a donné son congé sans même se déplacer.

Mme Corbeil-Châtillon est décédée 12 heures plus tard, dans la nuit du 1er au 2 janvier.

Choc septique

Dans son rapport, le coroner a conclu que Mme Corbeil-Châtillon est décédée d’un choc septique, ce qui peut être soigné simplement avec un drainage.

Le Collège des médecins avait ouvert une enquête après avoir reçu ce rapport du coroner.

La famille et le conjoint de la victime avaient entrepris, en 2016, une poursuite au civil contre le Dr Alexandre Viau pour un montant de 700 000 $. La cause s’est réglée hors cour.