/regional/sherbrooke/estrie

Sherbrooke

Des employés différents dont on ne voudrait pas se passer

Marika Simard | TVA Nouvelles

En Estrie, l’embauche de personnes avec une déficience intellectuelle n’est pas remise en cause. Au contraire. En fait, ces employés offrent un apport unique à leurs employeurs.

«Franco Charest a 27 ans, il a travaillé avec nous comme stagiaire pendant deux ans, avant qu'on lui offre un emploi. Il est toujours à l'heure et de bonne humeur, souligne Stéphanie Gauthier, directrice des ressources humaines à l'Atelier Polyteck. Des Franco, on en prendrait des dizaines !»

En effet, Polyteck, une entreprise de production industrielle et de récupération, embauche entre 150 et 200 travailleurs, qui ont des déficiences intellectuelles, de légères à lourdes.

La plupart d'entre eux reçoivent une formation du Centre Saint-Michel, de Sherbrooke, où on leur apprend le savoir-faire et le savoir-être. « On leur enseigne autant quelles conversations avoir avec un collègue de travail que les rudiments des chaînes de montage», ajoute Mme Gauthier.

De son côté, le Groupe Probex engage plusieurs personnes qui ont une déficience intellectuelle. «Ce sont des gens qui, le plus souvent, ont vécu des échecs. On a la prétention de vouloir leur apprendre la réussite», dit David Carron, directeur général du Groupe Probex, une entreprise qui fait de la sous-traitance industrielle.

Dans la même catégorie