/regional/centreduquebec

Négociations

Mandat de grève pour les CPE de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Agence QMI

Quelque 350 travailleuses d’une vingtaine de centres de la petite enfance de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont voté en faveur du recours à la grève générale illimitée à appliquer au moment jugé opportun.

Le vote a eu lieu lors d’une assemblée générale spéciale dimanche.

À 90,2 %, «il s'agit donc d'un message sans équivoque à l'endroit des directions de CPE et de leur regroupement, soit l'Association patronale nationale des CPE (APNCPE)», a indiqué le Syndicat régional des CPE du Cœur du Québec dans un communiqué, ajoutant que «ces travailleuses veulent obtenir un règlement conforme à leurs attentes et à ce qui a été négocié dans l'ensemble des autres régions».

«Avec ce vote, nos membres ont voulu adresser un message aux employeurs qu'elles ont été plus que patientes jusqu'à maintenant, et qu'un coup de barre doit être donné rapidement pour enfin conclure, après plus de trois ans de négociation, une entente satisfaisante. Le temps d'un règlement est enfin arrivé», a affirmé Dominique Jutras, présidente du Syndicat régional des CPE du Cœur du Québec.

Des CPE de Trois-Rivières, Shawinigan, Grand-Mère, La Tuque, Nicolet, Drummondville, Notre-Dame-du-Bon-Conseil, Victoriaville et Plessisville, sont visés par cette négociation.

Les employeurs et le syndicat n’ont pas encore réussi à s’entendre, notamment sur «les questions d'organisation du travail, dont les horaires, la liste de rappel, les choix de vacances et l'ancienneté», a mentionné le syndicat.