/regional/montreal/monteregie

Craintes d'expulsion

Des travailleurs étrangers se réfugient dans une église de Granby

TVA Nouvelles

Six hommes venus d'Amérique centrale pour travailler à Granby se sont réfugiés dans une église, car ils craignent d'être expulsés vers leur pays d'origine après avoir quitté subitement leur emploi.

Ces travailleurs âgés de 26 à 31 ans ont été recrutés au Honduras à l'automne dernier pour exercer un emploi difficile : celui d’attrapeur de poulets.

«Ils ont subi des accidents, ils sont tombés malades, mais apparemment, ils vivaient des pressions de la part de l'employeur», a expliqué Cécilia Arcé, qui agit à titre de porte-parole pour les travailleurs, à TVA Nouvelles.

Depuis la mi-janvier, ils ont quitté leur emploi chez Équipe Sarrazin à tour de rôle, alléguant des lésions professionnelles et le non-respect de leur contrat de travail. Des allégations que réfute leur employeur.

«Je leur ai très bien expliqué que ce serait probablement le métier le plus difficile de leur vie, soutient Michel Beaudin, d’Équipe Sarrazin. On leur a proposé de venir au Québec avec l'espoir de rester ici, avoir leur résidence, pour amener leurs familles avec eux.»

M. Beaudin soutient que ces «ces gens-là ne sont pas venus ici pour travailler». «Ils sont venus ici pour être citoyens canadiens», dit-il.

Plusieurs démarches sont en cours afin de trouver des solutions. Le syndicat de ces travailleurs de même qu'une avocate ont été saisis du dossier.

Quant à l'église, elle est prête à les accueillir tant et aussi longtemps qu'il le faut.

Chez Équipe Sarrazin, 70% des 114 travailleurs sont des immigrants. Chaque semaine, ils attrapent 1,5 million de volailles.

«Il n'y a pas de main-d’œuvre ici vraiment qui veut faire ce travail-là», ajoute Michel Beaudin.

Équipe Sarrazin reste campée sur ses positions. D'ailleurs, d'autres immigrants, de la République dominicaine cette fois, doivent arriver en renfort au cours des prochaines semaines.