/news/techno

Témoignage du PDG

Zuckerberg estime que Facebook n'est pas un monopole

Agence France-Presse

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg a estimé mardi devant le Sénat américain que le réseau social n'était pas un monopole et indiqué qu'il n'était pas hostile à une régulation de ce secteur, à l'image de ce que s'apprête à mettre en place l'Union européenne.

À la question d'un sénateur qui lui demandait si le réseau aux deux milliards d'utilisateurs n'était pas un monopole, M. Zuckerberg a répondu : «je n'ai pas cette impression».

À LIRE ÉGALEMENT

Zuckerberg s'excuse officiellement pour ses «erreurs» devant le Sénat

Le jeune milliardaire âgé de 33 ans se retrouvait sur le grill mardi devant le Sénat américain, confronté à des parlementaires très remontés contre Facebook sur la protection des données et la manipulation politique. La polémique a pris une tournure retentissante mi-mars avec l'éclatement du scandale Cambridge Analytica.

Interrogé sur la question de la régulation qui pourrait s'appliquer aux réseaux sociaux pour protéger les données personnelles de leurs utilisateurs, Mark Zuckerberg a répondu que «ma position n'est pas qu'il ne devrait pas y avoir de régulation».

«Je pense que la vraie question est de savoir, alors que l'internet devient plus important dans la vie des gens, quelle est la bonne régulation».

Répondant à un sénateur qui lui demandait si la réglementation européenne qui doit prochainement entrer en vigueur est appropriée, le PDG du premier réseau social du monde a jugé qu'«ils ont compris».

Un nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles, appelé «RGPD», doit entrer en vigueur le 25 mai.