/news/society

Estrie

La violence en milieu scolaire se maintient

Marika Simard | TVA Nouvelles

Quarante-cinq pour cent des enseignants de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke disent avoir subi des actes de violence au cours des 12 derniers mois.

C'est ce que révèle un récent sondage réalisé par le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie.

Un même coup de sonde réalisé cinq ans plus tôt révélait que 42 % des enseignants avaient été victimes de violence physique, verbale ou psychologique.

«Pour nous, c'est le signe que ça stagne, a dit mercredi Richard Bergevin, président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie. On avait mis en place un protocole dans les écoles afin que les directions sachent quoi faire en cas de violence, mais on pense que les jeunes qui sont violents doivent être pris en charge par un spécialiste.»

Toujours selon le sondage, 34 % des enseignants estiment qu'ils ne reçoivent pas le soutien nécessaire à la suite d'un incident violent.

Le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie dénonce d’ailleurs la banalisation des actes de violence en milieu scolaire. «C'est souvent au primaire que les gestes de violence sont les plus banalisés. Par exemple, on va avoir tendance à prendre moins au sérieux un enfant de 10 ans qui donne un coup de poing», a-t-il conclu.

La violence se fait sentir à tous les niveaux d'enseignement, tant à la maternelle qu'en cinquième secondaire, pour l'organisation syndicale.