/news/techno

Attaques par Ransomware

Ces logiciels malveillants qui prennent vos données en otages

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Les pirates informatiques ont toutes sortes de manières de nous arnaquer. Celle de s'emparer du contenu de votre ordinateur demeure une qu'ils privilégient depuis plusieurs années.

On dit qu'une entreprise sur deux est à risque de subir une attaque par Ransomware ces fameux Rançongiciels.

Plus de 80% de ces attaques sont faites par courriel. Le tiers des victimes paient la rançon ce qu'il est déconseillé de faire des cyberattaques sont lancées par millions chaque jour.

Dans la majorité des cas des Rançongiciels, on utilise de faux courriels; les premières cibles sont souvent les utilisateurs d'ordinateurs en milieu de travail.

«Les gens sont pressés, reçoivent un courriel annoté URGENT, les pirates utilisent souvent l'identité d'une personne que vous connaissez et avec qui vous faites des affaires. Quand vous cliquez sur la pièce jointe, l'attaque débute.

Plus rien à faire

L'encryptage se fait en arrière-plan de votre ordinateur sans que vous vous en aperceviez», nous a mentionné Michel St-Onge, consultant en sécurité informatique chez Norsphère.

Une fois le contenu de votre ordinateur encrypté, il n'y a plus rien que vous puissiez faire.

Inutile de répondre à leurs demandes financières; les chances de recouvrer vos données sont presque nulles.

Bien qu'elles ne soient pas infaillibles, des mesures peuvent être prises pour se prémunir contre ce type d'attaques.

«Faire une mise à jour de ses antivirus, chaque fois qu'on vous demande de faire des mises à jour de vos programmes. Entreposer vos données à l'externe sur un disque dur, une clé USB ou un nuage numérique peut vous sauver beaucoup de tracas. Bien sûr, il ne faut ouvrir aucun courriel dont on doute de son origine», renchérit Michel St-Onge.

Les Ransomware existent depuis 1989 et ne sont pas sur le point de disparaître du paysage informatique. Leurs versions sont de plus en plus performantes, les antivirus et les systèmes de protection ont de la difficulté à les reconnaître.