/regional/saguenay

Alma

Le nageur Jérémy Girard vise les Championnats pan-pacifiques

Philippe L'Heureux | Agence QMI

 - Agence QMI

Après une quatrième position aux championnats canadiens la semaine dernière, le nageur almatois Jérémy Girard espère se qualifier pour la compétition qui regroupe les pays bordés par l’océan Pacifique.

«Je n’avais pas d’objectif de position mais j’espérais quand-même un podium, a affirmé le jeune homme de 20 ans. Je suis satisfait de mon résultat malgré des blessures majeures aux épaules et au dos que j’avais.»

Il s’entraînait depuis le retour des fêtes pour cette épreuve qui se tenait à Montréal.

Celui qui étudie présentement en Sciences de la nature au Cégep de Jonquière devra se qualifier dans les deux premiers lors de la compétition à Edmonton en juillet prochain. «Je n’y pense pas trop parce que je ne veux pas me mettre de pression», a expliqué Girard. Il sera le seul représentant de la région à cette compétition.

Épreuve cruciale

Un bon résultat à ces essais nationaux, lui permettrait de porter les couleurs d’Équipe Canada à Tokyo, en août, pour les pan-pacifiques. Pour ce faire, le nageur prévoit s’entraîner principalement sur sa technique jusqu’à 30 heures par semaine. «Je m’entraîne chaque jour alors c’est sûr que je n’ai pas vraiment de vie sociale», a-t-il précisé en riant.

Il veut privilégier l’épreuve qui lui sourit le plus, le 100 mètres brasse, afin de mettre toutes les chances de son côté à Edmonton.

«Je suis maintenant avec Dave Bard à Chicoutimi pour travailler des aspects différents», a-t-il argué celui qui était auparavant au Club de natation Juvaqua d’Alma.

Financement et objectifs

Girard est présentement à la recherche de commanditaires pour financer ses voyages aux compétitions. «Seulement pour les essais nationaux à Edmonton, ça devrait me coûter environ 2000 $», a-t-il dit.

Toutefois, s’il représente le Canada en août prochain, les coûts seront défrayés par Équipe Canada.

Pour l’instant, Jérémy Girard ne pense pas aux prochains Jeux olympiques d’été de 2020 à Tokyo. «À long terme, c’est mon objectif, mais la sélection canadienne ne se fait qu’en mai 2020 alors je n’y pense pas encore.»