/regional/montreal/montreal

Objectifs pour 2021 et 2025

Montréal s’attaque au manque de diversité chez ses pompiers

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Les femmes, les minorités visibles et les autochtones sont encore sous-représentés chez les pompiers du Service de sécurité d’incendie de Montréal (SIM), qui espère réussir à renverser la tendance d’ici les prochaines années.

On compte seulement 29 femmes, 24 membres des minorités visibles et cinq autochtones parmi les 2360 pompiers qui travaillent pour la métropole, selon les chiffres de 2018.

«[...] le métier de pompier, à l’instar des métiers de la construction, demeure, même à Montréal un milieu homogène et masculin», reconnaît le service d’incendie dans le document que son directeur, Bruno Lachance, présentera mardi à la Commission de la sécurité publique portant sur le manque de diversité dans ses effectifs.

Le SIM s’est donné la mission de doubler d’ici 2021 le nombre de pompiers pour l’ensemble des catégories sous-représentées, et de le tripler d’ici 2025, soit 175 employés.

Le président de l'Association des pompiers de Montréal, Ronald Martin, espère aussi une meilleure mixité et diversité au sein du service pour les prochaines années. «Le syndicat s’emploie à défendre tous ses membres, peu importe leur sexe, leurs origines, leur orientation, une fois qu’ils sont embauchés par le Service de sécurité incendie», a-t-il précisé.

Les défis restent nombreux, puisque le service doit faire tomber les préjugés et les stéréotypes associés au métier, et retenir ses recrues.

Le SIM souhaite d’ailleurs travailler en collaboration avec l’Institut de protection contre les incendies du Québec et le Collège Montmorency, à Laval, puisque le recrutement dépend de l’embauche. Pour l’année scolaire 2017-2018, les deux institutions d’enseignement ont respectivement admis neuf (6,3 %) et 10 (5,5 %) femmes dans leur programme.

Dans son document de présentation, le SIM annonce qu’il embauchera une cinquantaine de recrues sur les 954 candidats admissibles lors du dernier concours de pompiers à l’automne 2017.

En mai, le quart des recrues seront des femmes, des membres des minorités visibles ou des autochtones – une première pour le service d’incendie.

Le SIM compte 191 femmes, dont 12 gestionnaires, dans son effectif total avec les employés civils et les cadres.

Des solutions

Une révision des tests pour éliminer toute forme de discrimination systémique lors de l’embauche est prévue.

Le service veut aussi acheter des équipements plus ergonomiques et adaptés aux femmes, et adapter ses aires de repos pour celles-ci dans ses casernes existantes.

Portrait des pompiers de Montréal:

Femmes: 29 (1,2 %)

Hommes: 2331 (98,7 %)

Minorités visibles: 24 (1 %)

Autochtones: 5 (0,2 %)