/news/law

Victoriaville

Victime d’un jeu sexuel qui a mal tourné

Caroline Lepage | Agence QMI

 - Agence QMI

PHOTO D'ARCHIVES, AMÉLIE ST-YVES

Un homme a écopé d’une peine d’emprisonnement à perpétuité pour avoir tué à coups de couteau sa partenaire en faisant des jeux sexuels qui ont mal tourné.

Jean-François Toupin-Houle a reconnu mardi avoir commis le meurtre au deuxième degré de Judith Élémond Plante, lors de jeux sexuels qui ont dégénéré.

Les deux échangeaient sur le site de rencontres Badoo depuis deux jours lorsque M. Toupin-Houle a invité la femme de 22 ans à faire une marche, le 27 avril 2016.

Dans son appartement

Comme elle avait la garde de son bébé d’un an, elle l’a plutôt invité à son appartement de Victoriaville, dans le Centre-du-Québec.

En soirée, les deux ont amorcé leurs rapprochements en regardant un film et ils ont eu une première relation sexuelle consentante.

Selon sa déclaration aux policiers, l’homme de 25 ans se serait alors fait proposer du sexe plus «rough», ce à quoi il n’était pas habitué.

Pour agrémenter cette deuxième relation, les deux ont convenu d’utiliser le couteau massif qui se trouvait dans la voiture de Toupin-Houle.

Les avocats des deux parties disent que cette relation plus «hard» avait débuté correctement. Les deux s’échangeaient le couteau et se «grafignaient» à tour de rôle.

Entaille fatale

Le meurtrier aurait trouvé le jeu moins comique lorsque la victime lui aurait fait une entaille au bras. Les amants se seraient chamaillés pour avoir le couteau et c’est alors que M. Toupin-Houle aurait piqué la victime au sternum.

«Ce coup serait accidentel», a rapporté le procureur de la Couronne, Benoit Larouche, lors de la sentence, au palais de justice de Victoriaville.

L’accusé a paniqué en voyant sa partenaire s’étouffer avec le sang qui sortait de sa bouche. Il a décidé d’abréger sa souffrance, en donnant au moins un autre coup de couteau fatal. Il a quitté les lieux sans appeler l’ambulance.

«C’est impardonnable», a déclaré Toupin-Houle, qui a écopé d’une peine d’emprisonnement à perpétuité.

Il devra attendre 10 ans et demi avant d’être admissible à une libération conditionnelle.

Dans la même catégorie