/finance/homepage

Montréal

Bond important du prix de l'essence

Agence QMI

Le prix de l’essence a fait un bond important, la nuit dernière à Montréal, pour atteindre dans plusieurs stations-service 1,44 $ le litre. C'est le cas, non seulement à Montréal, mais aussi à Longueuil et à Laval.

CAA-Québec indique qu'à Montréal, le prix réaliste, c'est-à-dire le prix quotidien du coût d'acquisition et de la marge de profit, est actuellement à 1,41$.

Jeudi soir, on pouvait encore trouver de l'essence ordinaire à 1,21$ à Sainte-Madeleine, en Montérégie, et dans les succursales Costco de la région de Québec.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer les variations des prix à la pompe, a souligné Sonia Marcotte, de l’Association québécoise des indépendants du pétrole, en entrevue au «Québec Matin», notamment le prix du brut et la marge de raffinage.

La marge de profit du détaillant varie aussi beaucoup.

«Certaines journées, le détaillant a très peu de marge et ça ne lui permet pas de couvrir ses coûts d’exploitation, a souligné Mme Marcotte. D’autres journées, c’est plus important et ça lui permet de couvrir ses coûts. L’important, c’est de voir sur une année. Aujourd’hui, elle est plus élevée parce qu’hier elle était plus basse.»

Depuis quelques mois, les hausses ont lieu habituellement les mardis. Questionnée sur cette récurrence, Mme Marcotte a mentionné que tout dépend des différents marchés. Dans certains secteurs, on n’observe pas de hausse et les marges sont plutôt basses, selon elle. Toutefois, elle n’avait pas vraiment d’explications sur pourquoi les hausses surviennent souvent les mêmes jours.

Le baril à la hausse

La hausse du prix à la pompe coïncide notamment avec la hausse du prix du pétrole, autant sur les marchés américains que sur les marchés européens.

Le Brent européen a atteint 72,78 $ le baril, une hausse de 6,3 % en une semaine. On reste toutefois loin du pic atteint en 2013. Le baril de WTI américain a pour sa part atteint 67,59 $, en hausse de 5,7 % depuis les sept derniers jours.

Les analystes estiment que cette hausse est attribuable aux tensions géopolitiques, notamment entre les États-Unis et la Russie, tensions qui se manifestent notamment en Syrie.

La production est aussi au ralenti dans de nombreux pays, a averti l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Cette réduction des stocks devrait influencer à la hausse les prix.

Dans la même catégorie