/regional/quebec/quebec

Chaîne de restaurants

Cosmos se lance dans le prêt-à-manger

Élisa Cloutier | Agence QMI

C’est pour combler une perte de près de 5 % de son chiffre d’affaires que le propriétaire des restaurants Cosmos, Louis McNeil, a décidé de se lancer dans le prêt-à-manger. Le concept sera offert en ligne dès le 1er mai prochain.

Jean-François Desgagnés

C’est pour combler une perte de près de 5 % de son chiffre d’affaires que le propriétaire des restaurants Cosmos, Louis McNeil, a décidé de se lancer dans le prêt-à-manger. Le concept sera offert en ligne dès le 1er mai prochain.

Pour combler une baisse de son chiffre d’affaires, le propriétaire des restaurants Cosmos étend ses tentacules et se lance dans le prêt-à-manger.

Accusant une perte de 5 % de ses ventes en raison de la «forte compétition», le propriétaire des quatre Cosmos de Québec et Lévis lancera un service en ligne de boîtes thématiques de prêt-à-manger signé Cosmos, dès le 1er mai.

Des points de service seront aussi aménagés pour permettre le ramassage des produits, en plus d’un service de livraison. «J’aimerais lancer la boîte du célibataire, ou encore la boîte du chasseur», illustre Louis McNeil, précisant que les repas seront tous précuits et préportionnés. «Il ne suffira que de les mettre dans l’eau chaude et ce sera prêt», poursuit-il.

M. McNeil dit avoir voulu être «imaginatif» et «suivre la tendance» en lançant d’abord quelques produits de prêt-à-manger, qui ont fait la réputation des restaurants au fil des dernières années. Cretons, bacon, jambon maison, sauces de toutes sortes, confit de canard, saucisses merguez et côtes levées sont notamment du lot, pour ne nommer que ceux-là. Ceux-ci sont d’ailleurs déjà offerts dans les restaurants de Sainte-Foy, Lebourgneuf et Lévis. Et il y en aura d’autres, jure-t-il.

«Il faut être de notre temps, trouver des solutions et se diversifier», précise celui qui œuvre dans le domaine depuis 24 ans et dont le chiffre d’affaires atteint aujourd’hui 20 M$.

Question d’assurer la production de sa nouvelle branche, M. McNeil a récemment fait l’acquisition du traiteur Baillargeon de Saint-Anselme pour 1,5 M$. Un autre traiteur de Québec est aussi dans sa mire, mais la transaction n’est toujours pas finalisée. Avec cette future prise, le restaurateur aimerait également offrir des services de cocktails dînatoires et de «boîtes à lunch».

Pénurie de main-d’œuvre

La pénurie de main-d’œuvre qui frappe le domaine depuis des mois fait fondre ses profits, indique-t-il. «Mes coûts de main-d’œuvre ont augmenté de 3 %, et c’est essentiellement dû à mon manque de cuisiniers. Résultat, je dois payer des heures supplémentaires», explique celui qui est également propriétaire du District, situé sur la rue Saint-Joseph.

Actuellement, M. McNeil compte une trentaine de postes à pourvoir, surtout en cuisine. Une vingtaine d’autres s’ajouteront en vue du Festival d’été de Québec (FEQ), alors que le chef Sébastien Laframboise du District devra cuisiner pour les artistes, pendant que le Cosmos fournit les boîtes à lunch des équipes techniques.

Cosmos

Quatre succursales: Grande Allée, Lebourgneuf, Sainte-Foy et Lévis

Employés: 550

chiffre d’affaires: 20 millions $

Service en ligne de prêt-à-manger offert dès le 1er mai

Dans la même catégorie