/news/society

Prêts à s’intégrer au Québec

Des demandeurs d’asile déjà au travail

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Trois semaines à peine après avoir franchi illégalement la frontière de Saint-Bermard-de-Lacolle, des migrants ont déjà un travail au Québec et ne dépendent plus de l’aide de dernier recours, a pu constater TVA Nouvelles.

D’ailleurs, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), fortement critiqué depuis 1 an pour la lenteur avec laquelle on émet les permis de travail aux migrants, a accéléré le pas.

Ce ministère dit réussir à traiter les demandes de permis de travail avec une norme de 30 jours. «Présentement, nos délais de traitement sont bien en deçà de notre norme de service», indique-t-on à IRCC.

Il y a trois semaines, TVA Nouvelles faisait la rencontre de Junior Hyppolite à la sortie des bureaux des demandeurs d’asile, rue Notre-Dame Ouest, dans le Vieux-Montréal. M. Hyppolite, 32 ans, d’origine haïtienne, a vécu un an aux États-Unis.

Récemment, il a franchi illégalement la frontière à Saint-Bernard-de-Lacolle, inquiet des politiques migratoires du président Donald Trump.

Après avoir bénéficié brièvement de l’aide de dernier recours offerte aux réfugiés, Junior Hyppolite s’est déniché un travail chez Technoflex, une compagnie qui fait de la vente de produits de caoutchouc recyclés et qui est située sur la couronne nord de Montréal. Son emploi lui procure 11$ de l’heure.

«Je suis très content d’être ici, affirme M. Hyppolite. Je ne peux rien reprocher aux Québécois. Je suis prêt à travailler et à payer des taxes ici.»

«Quand je suis arrivé ici, je n’avais rien et le gouvernement m’a donné de l’aide sociale pour aider à payer mon loyer. Maintenant, je dois travailler. J’ai déjà reçu mon permis de travail, il faut que je travaille pour payer les taxes dans le pays», poursuit-il en se disant prêt à s’intégrer.

Dans la même catégorie