/news/society

Organismes

Plus de la moitié de votre corps n'est pas humain

Agence QMI

Bactéries, virus, champignons, microbes; les humains hébergent une pléthore d'organismes microscopiques, au point de représenter plus de la moitié des cellules composant le corps humain.

«Vous êtes davantage fait de microbes que vous êtes humain», a résumé le professeur Rob Knight, de l'université de Californie à San Diego, en entrevue avec la BBC. Selon lui, environ 43 % des cellules composant le corps humain sont bel et bien d'origine humaine, tandis que les autres font partie de notre microbiote, soit l'ensemble des micro-organismes vivant sur et en nous.

Bon nombre de ces organismes sont établis dans l'intestin, où l'on retrouve le plus haut taux de cellules non humaines.

En termes de génétique, ce microbiote a un poids considérable, les différents micro-organismes totalisant entre 2 et 20 millions de gènes différents, selon les estimations. En comparaison, l'ADN humain ne compte que 20 000 gènes.

«Nous n'avons pas qu'un seul génome. Les gènes de notre microbiote forment un second génome, qui augmente l'activité du nôtre. [...] Selon moi, ce qui fait de nous des humains, c'est la combinaison de notre ADN et de ceux des microbes de notre intestin», a expliqué le microbiologiste Sarkis Mazmanian à la BBC.

S'intéresser au microbiote des humains permet aux chercheurs d'étudier différentes pistes pour expliquer un large éventail de maladies, des allergies au Parkinson.

La professeure Ruth Ley, directrice du département sur la science du microbiote à l'Institut Max Planck, a expliqué à la BBC que des chercheurs s'intéressent aux effets nocifs que pourraient avoir les vaccins et antibiotiques sur les «bonnes» bactéries. «Nous avons fait un excellent travail ces 50 dernières années pour éliminer des maladies infectieuses, mais nous avons observé une immense augmentation du nombre de maladies auto-immunes et de cas d'allergies», a pointé la scientifique.

Mme Ley croit que l'étude des microbiotes pourrait fournir des pistes de réponse pour expliquer cette augmentation.