/news/politics

Crise des migrants

Québec limitera le nombre de places de ses centres d’hébergement temporaire

Alain Laforest | TVA Nouvelles

Le flot continu de migrants irréguliers traversant la frontière au chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle, en Montérégie, inquiète au plus haut point le gouvernement du Québec.

TVA Nouvelles a appris que quatre ministres, soit David Heurtel à l’Immigration, Jean-Marc Fournier aux Relations canadiennes, Sébastien Proulx à l’Éducation et Lucie Charlebois à la Santé et aux services sociaux, annonceront lundi qu'ils limiteront à 85% le taux d'occupation des quatre centres québécois d'hébergement temporaire pour les migrants irréguliers.

La capacité d’accueil des centres sera limitée à 1850 places pour faire face à une arrivée massive appréhendée cet été au YMCA, Boscoville, Grâce Dart et à l'ancien hôpital Royal Victoria, les endroits désignés comme centres d’hébergement temporaires.

Des sources ont indiqué à TVA Nouvelles que les fonctionnaires fédéraux et provinciaux estiment qu'il pourrait y avoir jusqu'à 300 et même 400 entrées illégales par jour cet été, alors qu’il n’y en a avait que 250 lors de la période de pointe en juillet dernier.

Depuis le début de l'année, il y a eu trois fois plus d'entrées illégales. Du 1er janvier au 30 avril 2017, 2023 migrants irréguliers ont franchi la frontière canadienne, comparativement à 5913 en moins de quatre mois cette année.

Le taux d'occupation des quatre centres oscille autour de 70 à 80 %. Lors du congé de Pâques, ce pourcentage est passé à 86%, ce qui a fait craindre aux autorités qu’ils n’auraient pas les ressources nécessaires pour bien s'occuper des nouveaux arrivants.

Nos sources sont catégoriques: il n'est pas question de revivre le scénario de l'été dernier et d'ouvrir le Stade olympique pour accueillir ces migrants illégaux.

Autres préoccupations de Québec

Le gouvernement du Québec s’inquiète aussi du niveau de préparation des autorités fédérales pour faire face à cette nouvelle vague de migrants.

Des sources proches du dossier nous indiquent qu’on semble prendre la situation à la légère du côté fédéral. Québec attend toujours une réponse à la lettre qu’il a fait parvenir à Ottawa le 21 mars et dans laquelle il réclamait 146 millions de dollars pour l’accueil des migrants.

Québec réclame également une accélération des délais de traitement des demandeurs d'asile qui mettent énormément de pression sur l’appareil gouvernemental afin de faciliter leur intégration, sans savoir s'ils pourront rester au Québec.

Selon nos sources, le gouvernement Couillard veut respecter les conventions internationales et effectuera son effort humanitaire selon ses moyens. Le message qui sera envoyé lundi est clair: au-delà d’un taux d’occupation de 85%, Ottawa devra prendre en charge le surplus de demandeurs d’asile, Québec lui rappelant qu’ils sont entièrement sous la responsabilité du fédéral.

Dans la même catégorie